2016 : Une belle moisson de Prix pour la Mission de recherche Droit et Justice – Retour sur la cérémonie de remise du Prix Vendôme 2016

Le garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, ministre de la Justice, a remis le 12 janvier dernier le Prix Vendôme 2016 à sa lauréate, Raphaëlle Théry, et a attribué, pour la première fois, une mention spéciale du jury à Émilie Dubourg, lors d’une cérémonie officielle au ministère de la Justice. Les deux récipiendaires ont été récompensées en présence de Robert Gelli, directeur des affaires criminelles et des grâces et président du jury du Prix Vendôme, de Sandrine Zientara-Logeay, directrice de la Mission de recherche Droit et Justice, et du représentant des éditions LexisNexis, partenaire de l’événement.

Ministère de la Justice/DICOM

Raphaëlle Théry (sur la photo ci-dessus aux côtés du garde des Sceaux) a obtenu le Prix Vendôme 2016 pour sa thèse intitulée “Libéralisme pénal. Principe, enjeux et contradictions d’une institution non idéale ”, soutenue le 12 décembre 2015 à l’EHESS. Robert Gelli dans son discours a salué “sa brillante thèse consacrée au libéralisme pénal”. Jean-Jacques Urvoas a loué pour sa part l’interdisciplinarité de ses travaux : “votre parcours atypique fait de vous une juriste parmi les philosophes et une philosophe parmi les juristes. Tant mieux ! La recherche est d’autant plus riche et féconde lorsqu’elle est guidée par l’hybride. On meurt des cloisonnements, des silos, des disciplines qui gardent jalousement leurs frontières. (…) Les politiques publiques gagneraient à ne pas tomber dans le piège des disciplines et à se nourrir de différentes approches. Je suis de plus en plus convaincu que c’est l’interdisciplinaire, le transdisciplinaire qui nous rendent plus intelligents. Oui, ce seront les centaures qui sauveront le monde ! ”. Avant de poursuivre : “ Vous avez fait un travail remarquable et le Prix Vendôme est une belle reconnaissance de vos années de recherche ”.

Ministère de la Justice/DICOM

Émilie Dubourg (sur la photo ci-dessus aux côtés du garde des Sceaux et de R. Gelli) a reçu une mention spéciale du jury du Prix Vendôme 2016 pour sa thèse intitulée « Les services pénitentiaires d’insertion et de probation, fondements juridiques, évolution, évaluation et avenir », soutenue le 7 décembre 2015 à l’Université de Nantes. Le ministre de la Justice a salué dans son allocution la démarche interdisciplinaire de la jeune docteure qui s’est intéressée au malaise perçu chez les agents des services d’insertion et de probation : “ Vous vous êtes appuyée sur les textes juridiques puis vous êtes allée à la rencontre de ces professionnels. Là aussi vous avez mêlé les disciplines, en utilisant la méthode sociologique des entretiens, en arpentant des livres de psychiatrie et de psychologie. Dans votre thèse ce qui vous a le plus frappée, le plus touchée, c’est la relation humaine forte entre les professionnels et les justiciables. C’est ce qui fait du droit une science, une matière, éminemment humaine et qui ne pourra jamais être remplacée par des robots ou des algorithmes ”.

Robert Gelli a reconnu “combien ces deux thèses passionnantes et très riches représentent un apport majeur et une pensée structurante pour la justice pénale et ses acteurs au quotidien ”. Il a salué dans son discours “deux universitaires de talent, dont les travaux sont très prometteurs ”. Il a rappelé également son attachement au Prix Vendôme “qui nous a permis, depuis sa création, de découvrir des chercheurs de grande qualité et de valoriser de nombreux travaux essentiels pour le débat public. Ma direction tient beaucoup aussi à ce partenariat avec la Mission de recherche Droit et Justice, que je remercie pour son travail et avec qui nous aimons tant partager nos réflexions sur la justice pénale qui nous occupe au quotidien ”.

Lors de cette cérémonie le ministre de la Justice a voulu rappeler combien la recherche et la science étaient importants pour la France et pour notre démocratie : “La recherche universitaire n’est donc pas seulement un accouchement de nouvelles connaissances, une sculpture de l’esprit critique ; elle constitue aussi une action démocratique ”. (…) Célébrer la science c’est refuser la fatalité et c’est pourquoi la science a une dimension civique ! (…) La recherche, c’est notre liberté ! ”

Le représentant de LexisNexis, partenaire du Prix Vendôme depuis 2014, s’est réjoui de ce partenariat qui offre “ un vivier de talents en tant qu’éditeur ”, et a remis à Raphaëlle Théry et Émilie Dubourg des ouvrages ainsi qu’un abonnement à la revue Droit pénal. Il a invité les deux docteures à y contribuer en ajoutant : “nos colonnes vous sont naturellement grandes ouvertes ”.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *