Deux événements en écho aux États généraux de la recherche sur le Droit et la Justice

Après les États généraux de la recherche sur le Droit et la Justice, Thierry Mandon, secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, a ouvert successivement, le 3 mars 2017, un séminaire intitulé « Démocraties et institutions / pouvoirs(s) et acteurs » co-organisé avec l’Agence Nationale de la Recherche sur la contribution des sciences humaines et sociales à l’action publique, puis, dès le 6 mars, un colloque ENA/ENS intitulé « Gouverner en connaissance de cause : comprendre, prévoir et décider ».

Le GIP a assisté à ces deux manifestations par lesquelles le secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche a manifestement poursuivi l’élan donné par les États généraux, que son équipe a co-organisés avec la Mission de recherche Droit et Justice.

Le colloque ENA/ENS, à l’occasion duquel était inaugurée une chaire « Savoir, prévoir, pouvoir », commune aux deux grandes écoles, portait tant sur l’articulation de la recherche et de l’action publique – rôle de l’expert, positionnement des chercheurs « embarqués » dans l’administration… –, que sur l’apport de l’une à l’autre. Preuve, s’il en fallait, de l’actualité générale des questions soulevées par le GIP en matière de droit et de justice, comme de la pertinence de son modèle à l’interface du savoir et de l’action.

Cette manifestation a par ailleurs été l’occasion, pour l’équipe permanente de recherche de l’ENA, de présenter une « cartographie des instances de production d’expertise et de réflexion au sein des administrations », dans laquelle le GIP Mission de recherche Droit et Justice était clairement identifié. Réciproquement, celui-ci y trouvera de futurs partenaires pour développer son action et faire connaître son modèle équilibré, qui garantit tant l’indépendance de la recherche que son utilité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *