Rencontre avec – Jean-Denis Combrexelle

Jean-Denis Combrexelle est Conseiller d’État, Président de la section sociale du Conseil d’État, Professeur de droit judiciaire privé à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il devient le Président du jury du Prix Carbonnier 2017-2019, succédant à Loïc Cadiet, professeur à l’École de droit de la Sorbonne.

Propos recueillis par Laetitia Louis–Hommani, ingénieure d’études au CNRS, responsable de la communication du GIP Mission de recherche Droit et Justice.

LLH : Qu’est ce qui vous a incité à accepter de présider le jury du Prix Carbonnier ?

JDC : Outre mes fonctions de président de la section sociale au Conseil d’État, j’exerce les fonctions de professeur associé à l’Université de Paris I. J’ai donc un lien particulier avec l’Université. J’y enseigne le droit social. Dans cette matière comme dans les autres que j’ai pu aborder dans mes fonctions contentieuses (par exemple le droit européen, le droit de l’informatique ou le droit des étrangers) ou administratives (notamment au sein de la direction des affaires civiles et du Sceau), il me semble qu’il faut établir des ponts entre la doctrine que représente l’Université, les juges et les praticiens, chacun devant se nourrir de l’approche et de l’expérience de l’autre. Le droit n’est pas une fin en soi, c’est un élément structurant de la vie de la société qui implique une vision décloisonnée des différentes disciplines. J’ai toujours défendu et pratiqué cette approche. Pour prendre l’exemple de la thèse primée en 2016, on ne peut comprendre le thème, aussi important dans la vie économique et sociale, du libre exercice d’une activité professionnelle que si l’on prend à bras le corps toutes les disciplines du droit en traquant les convergences mais aussi les oppositions et les contradictions. C’est donc un grand honneur pour moi de présider le jury du prix Jean Carbonnier qui, à l’image du Doyen, promeut un droit vivant et multiple en phase avec la société.

LLH : Quel est selon vous l’intérêt de ce prix pour les professionnels et les universitaires ?

JDC : Un prix est fait pour distinguer. Or je trouve que les travaux universitaires, et notamment les thèses, ne sont pas suffisamment distingués. Il distingue bien sûr le lauréat mais aussi tous ceux qui concourent. Combien de fois suis-je tombé un peu par hasard sur une thèse qui constituait pour le praticien que j’étais un véritable trésor par la qualité et l’exhaustivité des recherches et la pertinence des analyses qu’elle contenait. Le prix Carbonnier met en lumière ce travail de recherche. Il n’est pas bien sûr le seul, mais par son prestige, par le nom qu’il porte et aussi par le rôle que lui donne la mission de recherche Droit et Justice, il est un phare particulier. Il a aussi un effet incitatif. A coté des thèses de recherche pure, il y a place pour les thèses davantage consacrées aux rapports entre les droits et la société. C’est le sens du prix que de reconnaitre cette place. La société a besoin d’une recherche universitaire ancrée dans le réel et les étudiants qui s’y investissent doivent savoir qu’eux aussi ont droit à une reconnaissance et à une distinction.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *