Appel à projets de recherche 2018 de la Mission de recherche Droit et justice

La Mission de recherche Droit et Justice lance chaque année une campagne d’appels à projets portant sur les thèmes retenus dans le cadre de sa programmation scientifique. Dans le cadre de l’exécution de sa programmation scientifique 2018, la Mission lance des appels à projets sur les cinq thématiques suivantes :

Date limite de dépôt des dossiers : le lundi 14 mai 2018.

Les projets déposés en réponse aux appels à projets ne peuvent en aucun cas être déposés pour examen par le Conseil scientifique, en tant que projet spontané de recherche.

Pour répondre à un appel à projets, télécharger les documents suivants :

Pour consulter la convention de recherche : Modèle de convention

Modalités de dépôt :

  • Dépôt dans les locaux de la Mission de recherche (avant 16 heures), prévenir Sophie Sebag au 01 70 22 70 67

Mission de recherche Droit et Justice
Ministère de la justice – Site Olympe de Gouges
35, rue de la Gare – 75019 Paris

Pour y venir :

Métro Ligne 7 « Corentin Cariou » + Navette fluviale (embarcadère à 3 minutes de marche, quai de la Charente) ou Ligne 12 « Front Populaire » + Bus RATP ligne 239 direction Rosa Parks – arrêt « Parc du Millénaire ».

Tram – T3B station « Canal Saint-Denis » ou « Rosa Parks », puis 7 minutes à pied.

RER E – Station « Rosa Parks »

Ou

  • Envoi postal : (cachet de la poste faisant foi)
    Mission de recherche Droit et Justice
    Ministère de la justice – Site Olympe de Gouges – 13, place Vendôme – 75042 Paris cedex 01

Un exemplaire PDF, en un seul fichier, doit obligatoirement être adressé à l’adresse suivante : mission@gip-recherche-justice.fr

La campagne de recueil des candidatures pour le Prix Vendôme 2018 est lancée

La campagne de recueil des candidatures pour le prix Vendôme 2018 est lancée. Ce prix attribué par le ministère de la Justice et la Mission de recherche Droit et Justice, distingue chaque année une thèse de droit pénal, de procédure pénale ou de sciences criminelles portant sur un sujet intéressant particulièrement le ministère de la Justice, en partenariat avec les éditions LexisNexis. Une subvention de 3000 € est attribuée au lauréat. Les candidats devront avoir soutenu leur thèse entre le 1er septembre 2016 et le 31 décembre 2017. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au vendredi 20 avril 2018.

N.B. : Les candidats ayant postulé au Prix les années précédentes ne sont pas admis à concourir.

Dossier de candidature

Le dossier de candidature doit impérativement comprendre les pièces suivantes :

En format numérique (PDF), sur clé USB ou CD-Rom :

  • Un fichier de la thèse ou de l’ouvrage référencé comme suit : pour une candidature au Prix Vendôme : PV 2018 – Nom de famille
  • Une lettre de candidature
  • Un CV mentionnant, notamment les coordonnées postales, électroniques et téléphoniques du candidat
  • La liste de ses publications
  • Le résumé de la thèse ou de l’ouvrage (2 à 5 pages)
  • Le rapport de soutenance (pour la thèse)
  • L’introduction de la thèse ou de l’ouvrage
  • Le plan de la thèse ou de l’ouvrage
  • Deux lettres de recommandation, pouvant émaner de personnalités scientifiques étrangères.
  • Toutefois, s’agissant d’une thèse, les membres du jury du Prix Vendôme ainsi que ceux du jury de thèse ne sauraient accorder un tel parrainage. Les lettres de recommandation devront impérativement être insérées dans le dossier. Aucune lettre ne sera acceptée en dehors de ce dernier.

En format papier :

  • 12 exemplaires recto-verso et agrafés, du dossier complet, à l’exclusion de la thèse ou de l’ouvrage.

LES DOSSIERS INCOMPLETS NE SERONT PAS EXAMINÉS

Dépôt des candidatures

Les candidatures doivent être adressées par voie postale* pour le vendredi 20 avril 2018 au plus tard (cachet de la Poste faisant foi) ou déposées** au plus tard ce même jour à la Mission entre 9h30 et 16h.

*Adresse postale : Mission de recherche Droit et Justice / Ministère de la Justice / Site Olympe de Gouges – bureau 3E018, 13, place Vendôme 75042 Paris cedex 01

** En cas de dépôt à la Mission, merci de prévenir à l’avance Mme Sophie Sebag (sebag@gip-recherche-justice.fr/01.70.22.70.67). L’adresse de remise est : 35 rue de la Gare, 75019 Paris. Se munir d’une pièce d’identité à présenter à l’accueil.

Pour y venir :

Métro Ligne 7 « Corentin Cariou » + Navette fluviale (embarcadère à 3 minutes de marche, quai de la Charente) ou Ligne 12 « Front Populaire » + Bus RATP ligne 239 direction RosaParks – arrêt « Parc du Millénaire ».

Tram – T3B direction porte de la Chapelle « porte d’Aubervilliers », puis 7 minutes à pied.

RER E – station Rosa Parks

Contact pour le prix Vendôme :

Victoria Vanneau : 01 70 22 70 36/vanneau@gip-recherche-justice.fr

Lire le règlement du Prix Vendôme

Lire les conditions générales de candidature

La campagne de recueil des candidatures pour le Prix Carbonnier 2018 est lancée

La campagne de recueil des candidatures pour le prix Jean Carbonnier de la recherche sur le droit et la justice 2018 est lancée. Ce prix récompense des travaux portant sur le droit ou la justice, quelle que soit la discipline des sciences humaines et sociales concernée. Rédigés en français, publiés ou non, ils doivent constituer pour leur auteur, français ou étranger, l’une de ses premières recherches ou l’un de ses premiers travaux. Ils doivent avoir été achevés, et soutenus s’il s’agit d’une thèse, entre le 1er septembre 2016 et le 31 décembre 2017Une subvention de 5000 € est attribuée au lauréat. Depuis 2017, le Prix Carbonnier est attribué en partenariat avec les éditions Dalloz. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au vendredi 20 avril 2018. 

N.B. : Les candidats ayant postulé au Prix les années précédentes ne sont pas admis à concourir.

Dossier de candidature

Le dossier de candidature doit impérativement comprendre les pièces suivantes :

En format numérique (PDF), sur clé USB ou CD-Rom :

  • Un fichier de la thèse ou de l’ouvrage référencé comme suit : pour une candidature au Prix Carbonnier : PC 2018 – Nom de famille
  • Une lettre de candidature
  • Un CV mentionnant, notamment les coordonnées postales, électroniques et téléphoniques du candidat
  • La liste de ses publications
  • Le résumé de la thèse ou de l’ouvrage (2 à 5 pages)
  • Le rapport de soutenance (pour la thèse)
  • L’introduction de la thèse ou de l’ouvrage
  • Le plan de la thèse ou de l’ouvrage
  • Deux lettres de recommandation, pouvant émaner de personnalités scientifiques étrangères.
  • Toutefois, s’agissant d’une thèse, les membres du jury du Prix Carbonnier ainsi que ceux du jury de thèse ne sauraient accorder un tel parrainage. Les lettres de recommandation devront impérativement être insérées dans le dossier. Aucune lettre ne sera acceptée en dehors de ce dernier.

En format papier :

  • 12 exemplaires recto-verso et agrafés, du dossier complet, à l’exclusion de la thèse ou de l’ouvrage.

LES DOSSIERS INCOMPLETS NE SERONT PAS EXAMINÉS

Dépôt des candidatures

Les candidatures doivent être adressées par voie postale* pour le vendredi 20 avril 2018 au plus tard  (cachet de la Poste faisant foi) ou déposées** ce même jour au plus tard à la Mission entre 9h30 et 16h.

*Adresse postale : Mission de recherche Droit et Justice / Ministère de la Justice / Site Olympe de Gouges – bureau 3E018, 13, place Vendôme 75042 Paris cedex 01

** En cas de dépôt à la Mission, merci de prévenir à l’avance Mme Sophie Sebag (sebag@gip-recherche-justice.fr/01.70.22.70.67). L’adresse de remise est : 35 rue de la Gare, 75019 Paris. Se munir d’une pièce d’identité à présenter à l’accueil.

Pour y venir :

Métro Ligne 7 « Corentin Cariou » + Navette fluviale (embarcadère à 3 minutes de marche, quai de la Charente) ou Ligne 12 « Front Populaire » + Bus RATP ligne 239 direction Rosa Parks – arrêt « Parc du Millénaire ».

Tram – T3B direction porte de la Chapelle « porte d’Aubervilliers », puis 7 minutes à pied.

RER E – station Rosa Parks

Contact pour le prix Carbonnier :

Jeanne Chabbal : 01 70 22 70 55/chabbal@gip-recherche-justice.fr

Lire le règlement du Prix Carbonnier

Lire les conditions générales de candidature

Prix Carbonnier 2017

Le Prix Jean Carbonnier de la recherche sur le droit et la justice 2017 a été attribué à Lisa Carayon, pour sa thèse « La catégorisation des corps. Étude sur l’humain avant la naissance et après la mort », soutenue le 12 décembre 2016 à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Lisa Carayon, lauréate du Prix Carbonnier 2017

© DR

© DR

Son parcours

Ancienne élève de l’École normale supérieure de Cachan (parcours droit-économie-gestion), Lisa Carayon est diplômée de l’Université de Rennes I (Master Droit institutionnel de l’OMC et de l’UE) et de l’Université Paris 1 (Master Personne et droit). Doctorante contractuelle puis ATER, elle a rédigé sa thèse sous la direction du Professeur Grégoire Loiseau tout en enseignant diverses matières de droit privé. Durant son doctorat, elle a participé à plusieurs projets de recherche collective et notamment au programme REGINE (Recherche sur le Genre et les Inégalités dans les Normes en Europe) de l’Université Paris Ouest-Nanterre. Militante à la CIMADE, elle mobilise dans ses recherches son expérience pratique dans l’accompagnement des personnes migrantes. En 2017, elle obtient la qualification aux fonctions de maîtresse de conférences en droit privé et en droit public et est recrutée à l’université Paris 13, au sein de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS).

Voir le résumé long de la thèse de Lisa Carayon

Voir le résumé court de la thèse de Lisa Carayon

Prix Vendôme 2017

Le Prix Vendôme 2017 a été attribué à Iryna Grebenyuk, pour sa thèse « Pour une reconstruction de la justice pénale internationale. Réflexions autour d’une complémentarité élargie », soutenue le 8 décembre 2016 à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Nicolas Picard obtient une mention spéciale pour sa thèse « L’application de la peine de mort en France, 1906-1981 », soutenue le 15 octobre 2016 à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

 

Iryna Grebenyuk, lauréate du Prix Vendôme 2017

© DR

© DR

Son parcours

Née en Ukraine, Iryna Grebenyuk a rejoint la France en 2003. Après une formation juridique initiale à l’Université d’Amiens et à l’Université Paris II, elle a intégré le Master 2 « Droit pénal et Politique criminelle en Europe » (Option Droit comparé) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. La rencontre avec le Professeur Geneviève Giudicelli-Delage, directrice du Master, a été décisive pour Iryna Grebenyuk : elle lui donne le goût de la recherche et lui fait découvrir une passion pour la justice pénale dans toutes ses manifestations. C’est sous sa direction qu’Iryna Grebenyuk entreprend ensuite une thèse de doctorat. Grâce à un contrat doctoral, elle mène une réflexion sur le principe de complémentarité, véritable pierre angulaire de la justice pénale internationale. En parallèle de ses travaux de recherche, elle enseigne en Licence 1, 2, 3 et Master 1 diverses matières relevant des branches pénale, civile et commerciale du droit privé dans plusieurs universités, dont l’Université Paris 1. Qualifiée à la Maîtrise de conférences en droit privé et sciences criminelles en 2016, Iryna Grebenyuk obtient la même année le prix de thèse en Droit privé Robert Dennery de la Chancellerie des universités de Paris et continue à enseigner à l’Université d’Amiens.

Voir le résumé de la thèse d’Iryna Grebenyuk

Nicolas Picard, Mention spéciale du Prix Vendôme 2017

 © DR

© DR

Son parcours

Agrégé d’histoire et ancien étudiant du magistère d’humanités modernes de l’École Normale Supérieure de Cachan et de l’Université de Nanterre, Nicolas Picard a obtenu en octobre 2016 son doctorat en histoire contemporaine à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, sous la direction de M. Dominique Kalifa. Il est qualifié aux fonctions de maître de conférences. Il a dispensé des travaux dirigés sur différents aspects de l’histoire contemporaine à l’université Paris I, ainsi que des travaux dirigés d’histoire du droit et des institutions à la faculté de droit de Nancy. Il enseigne actuellement au lycée Robert Doisneau de Corbeil-Essonnes et à la faculté d’AEI de l’université Paris-Est Créteil. Ses recherches portent sur l’histoire de la justice et du droit dans leur application pratique, sur les émotions punitives et sur les rapports entre les systèmes médiatique, judiciaire et pénitentiaire. Il a notamment publié plusieurs articles sur la célébrité criminelle, sur les empoisonneurs, sur l’écriture journalistique du châtiment ou encore sur l’histoire des corps.

Voir le résumé de la thèse de Nicolas Picard

A la Une

La Mission de recherche Droit et Justice est partenaire du XXIIIeme colloque de l’AFDP : Les transformations de la preuve pénale qui aura lieu les 9 et 10 novembre 2017

La Mission de recherche Droit et Justice co-organise une Table ronde sur La Justice climatique et les sociétés en transition : quel avenir dans l’Accord de Paris ?,  le vendredi 10 novembre 2017, lors de la COP 23 pour le climat à Bonn.

 

Des reprises médiatiques pour les recherches de la Mission

Les conclusions du rapport de recherche de Martine Herzog-Evans sur la mise en oeuvre de la libération sous contrainte reprises dans un article de Dalloz-actualité.fr

Le 25 octobre 2017, un article publié sur le site Dalloz actualité reprenait les principales conclusions du rapport de recherche et de l’enquête, menés par Martine Herzog-Evans, professeur à l’Université de Reims sur la mise en œuvre de la libération sous contrainte. Ces travaux de recherche dont l’article fait écho, ont été financés par la Mission de recherche Droit et Justice suite à un appel à projets. Finalisés le 5 octobre dernier, ils dressent un premier bilan qualitatif de cette procédure. L’article, réservé aux abonnés, est à retrouver sur : https://www.dalloz-actualite.fr

Voir le rapport sur le site internet de la Mission : http://www.gip-recherche-justice.fr/publication/la-mise-en-oeuvre-de-la-liberation-sous-contrainte-dans-le-nord-est-de-la-france/

Magalie Flores-Lonjou invitée de l’émission « Le droit se livre » répond à une interview sur la famille au cinéma

La recherche soutenue par la Mission de recherche Droit et Justice sur « La famille, le droit et le cinéma » voir : http://www.gip-recherche-justice.fr/publication/la-famille-le-droit-et-le-cinma/, achevée en 2015, avait été publiée en 2016 aux éditions Mare et Martin, coll. Droit et cinéma sous le titre La famille au cinéma. Regards juridiques et esthétiques.

Magalie Flores-Lonjou, maître de conférences à l’Université de la Rochelle qui avait piloté cette recherche, co-auteure d’un blog sur le droit et le cinéma et coordinatrice de l’ouvrage vient de répondre à une interview sur la famille au cinéma dans le cadre de l’émission « Le droit se livre » du ministère de la Justice. Consultable sur son site internet, elle est à retrouver sur : http://www.justice.gouv.fr/histoire-et-patrimoine-10050/lemission-le-droit-se-livre-12370/le-droit-se-livre-la-representation-de-la-famille-au-cinema-30982.html

Le projet HUGO. Patrimoine des lieux de justice s’invite aux Journées européennes du Patrimoine

HUGO qui a reçu le soutien de la Mission de recherche Droit et Justice est un service ouvert dédié à la connaissance du patrimoine judiciaire. Il vise à dresser un inventaire patrimonial des lieux de jugement et d’exécution des peines en rassemblant des informations relatives à l’architecture, l’histoire et la mémoire de ces lieux. Souvent peu accessibles, chargés d’imaginaire et de mémoires conflictuelles, les lieux de justice restent aujourd’hui largement méconnus, malgré leur ancrage dans les territoires. HUGO propose une interface de consultation bilingue en libre accès destinée à faciliter le recueil d’informations et les recherches sur le patrimoine judiciaire. Conçu sur une base participative, il offre à chacun la possibilité de contribuer à la collecte des données.

À l’occasion des Journées européennes du Patrimoine le 16 septembre prochain, le public est invité de 14h à 18h (voir ci-dessous) à venir participer au projet en apportant des photographies, des archives et des informations sur des lieux de jugement et d’exécution des peines en Normandie (palais de justice, tribunaux, centres de détention, etc.). Ce rendez-vous sera l’occasion de présenter l’outil d’inventaire en ligne des lieux de justice et de peine, d’échanger, de recueillir et de sauvegarder les sources sur le patrimoine judiciaire en numérisant les documents qui seront mis en ligne sur le site Criminocorpus, musée de l’histoire de la justice, des crimes et des peinesUne copie numérique des documents apportés sera offerte.

HUGO est piloté par le Centre pour les humanités numériques et l’histoire de la justice (CLAMOR) et a reçu le soutien de la Mission de recherche Droit et Justice. Il est réalisé en partenariat avec les Archives nationales, la région Normandie, le GRHis (Rouen), le Centre d’histoire judiciaire de Lille (UMR 8025), l’équipe de recherche InTRU (Tours) et l’école nationale d’administration pénitentiaire.

Informations pratiques : 

Date de l’évènement : le 16 septembre 2017, de 14 h à 18 h.
Lieu(x) : Centre de ressources du Musée national de l’éducation

6 rue de Bihorel
76000 Rouen

Pour en savoir plus

https://hugo.criminocorpus.org

Pour connaître les modalités de contribution :

https://criminocorpus.org/fr/reperes/lieux-de-justice/hugo-participer-au-projet/

Contact : 

hugo@criminocorpus.org

Le droit pénal face aux atteintes à l’environnement

Colloque organisé par la cour de cassation, en partenariat avec le GIP Mission de recherche Droit et Justice et l’ENM

Le Jeudi 1er Juin 2017
de 9h30 à 18h00

Et le vendredi 2 Juin 2017
de 9h30 à 12h30

en Grand’chambre
Cour de cassation
5 quai de l’Horloge – Paris 1er

Entrée sur présentation d’une pièce d’identité avec inscription préalable obligatoire
sur le site Internet : www.courdecassation.fr

Consulter le programme
Manifestation validée au titre de la formation continue des magistrats et avocats.

Focus sur le prochain événement GIP-ENM : La cour d’assises dans la Justice du 21e siècle

Le GIP Mission de recherche Droit et Justice et l’ENM organisent un colloque sur La cour d’assises dans la Justice du 21e siècle, le Mercredi 28 juin 2017, de 8h30 à 18h, dans les locaux de l’ENM à Paris (1).

La cour d’assises, vieille institution de plus de 200 ans, n’avait jamais été réformée dans son principe, pour ainsi dire, malgré de nombreuses critiques. Même si des modifications importantes comme celles concernant la délibération ou encore le tirage au sort des jurés sont intervenues au fil des siècles, elle gardait cette empreinte révolutionnaire qui avait fait d’elle l’étendard de la souveraineté populaire. Le 21e siècle marque un tournant historique et décisif pour cette juridiction criminelle. Le législateur français a d’abord, par la loi du 15 juin 2000, introduit le droit d’appel. Puis, dans le contexte de l’arrêt Taxquet du 13 janvier 2009 rendu par la Cour Européenne des Droits de l’Homme, la loi du 10 août 2011 est ainsi venue instaurer la motivation des décisions criminelles. Autrefois, projet démocratique, la Cour d’assises est désormais sommée de bien juger au nom du procès équitable, principe d’où elle tire son nouveau prestige.

Cinq ans après son entrée en vigueur, la Mission de recherche Droit et Justice et l’École nationale de la magistrature proposent donc de revenir au cours d’une journée sur cette réforme. Dans une perspective pluridisciplinaire (droit, sociologie, anthropologie) et comparée, ce colloque vise à analyser et à discuter la manière dont la motivation s’est implantée, à en mesurer à la fois les apports et les enjeux dans la Justice du 21e siècle.

Plus encore, dans le contexte de managérialisation et de rationalisation des systèmes judiciaires qui touche l’Europe, ce colloque permettra d’élargir le propos en s’interrogeant sur le devenir de la cour d’assises (réduction du champ de compétence, délais d’audiencement, suppression du jury…), dont la réforme a déjà gagné certains pays européens voisins.

(1) Lieu

Grand Amphi

Ecole nationale de la magistrature

8 rue Chanoinesse-75004 Paris

Consulter le programme

Inscription préalable obligatoire

-pour les magistrats et avocats :  https://formation.enm.justice.fr/Pages/Accueil.aspx

-autres publics : christine.morantin@justice.fr

Prix Vendôme 2017

La campagne de recueil des candidatures pour le prix Vendôme 2017 est lancée.

Ce prix attribué par le ministère de la Justice et la Mission de recherche Droit et Justice, distingue chaque année une thèse de droit pénal, de procédure pénale ou de sciences criminelles portant sur un sujet intéressant particulièrement le ministère de la Justice, en partenariat avec les éditions LexisNexis. Une subvention de 3000 € est attribuée au lauréat. Les candidats devront avoir soutenu leur thèse – entre le 1er septembre 2015 et le 31 décembre 2016. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au vendredi 21 avril 2017.

N.B. : Les candidats ayant postulé au Prix les années précédentes ne sont pas admis à concourir.

Dossier de candidature

Le dossier de candidature doit impérativement comprendre les pièces suivantes :

En format numérique (PDF), sur clé USB ou CD-Rom :

  • Un fichier de la thèse ou de l’ouvrage référencé comme suit : pour une candidature au Prix Vendôme : PV 2017 – Nom de famille
  • Une lettre de candidature
  • Un CV mentionnant, notamment les coordonnées postales, électroniques et téléphoniques du candidat
  • La liste de ses publications
  • Le résumé de la thèse ou de l’ouvrage (2 à 5 pages)
  • Le rapport de soutenance (pour la thèse)
  • L’introduction de la thèse ou de l’ouvrage
  • Le plan de la thèse ou de l’ouvrage
  • Deux lettres de recommandation, pouvant émaner de personnalités scientifiques étrangères.
  • Toutefois, s’agissant dune thèse, les membres du jury du Prix Vendôme ainsi que ceux du jury de thèse ne sauraient accorder un tel parrainage. Les lettres de recommandation devront impérativement être insérées dans le dossier. Aucune lettre ne sera acceptée en dehors de ce dernier.

En format papier :

  • 12 exemplaires recto-verso et agrafés, du dossier complet, à l’exclusion de la thèse ou de l’ouvrage.

LES DOSSIERS INCOMPLETS NE SERONT PAS EXAMINÉS

Dépôt des candidatures

Les candidatures doivent être adressées par voie postale* pour le vendredi 21 avril 2017 (cachet de la Poste faisant foi) ou déposées** ce même jour à la Mission entre 9h30 et 16h.

*Adresse postale : Mission de recherche Droit et Justice / Ministère de la Justice / Site Olympe de Gouges – bureau 3E018, 13, place Vendôme 75042 Paris cedex 01

** En cas de dépôt à la Mission, l’adresse de remise est : 35 rue de la Gare, 75019 Paris. Se munir d’une pièce d’identité à présenter à l’accueil.

Pour y venir :

Métro Ligne 7 « Corentin Cariou » + Navette fluviale (embarcadère à 3 minutes de marche, quai de la Charente) ou Ligne 12 « Front Populaire » + Bus RATP ligne 239 direction RosaParks – arrêt « Parc du Millénaire ».

Tram – T3B direction porte de la Chapelle « porte d’Aubervilliers », puis 7 minutes à pied.

RER E – station Rosa Parks

Contacts pour le prix Vendôme :

Victoria Vanneau : 01 70 22 70 36/vanneau@gip-recherche-justice.fr

Et

Jeanne Chabbal : 01 70 22 70 55/chabbal@gip-recherche-justice.fr

Lire le règlement du Prix Vendôme

Lire les conditions générales de candidature

Télécharger l’affiche en PDF au format A3

Prix Carbonnier 2017

La campagne de recueil des candidatures pour le prix Jean Carbonnier de la recherche sur le droit et la justice 2017 est lancée.

Ce prix récompense des travaux portant sur le droit ou la justice, quelle que soit la discipline des sciences humaines et sociales concernée. Rédigés en français, publiés ou non, ils doivent constituer pour leur auteur, français ou étranger, l’une de ses premières recherches ou l’un de ses premiers travaux. Ils doivent avoir été achevés, et soutenus s’il s’agit d’une thèse, entre le 1er septembre 2015 et le 31 décembre 2016. Une subvention de 5000 € est attribuée au lauréat. Depuis 2017, le Prix Carbonnier est attribué en partenariat avec les éditions Dalloz. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au vendredi 21 avril 2017. 

N.B. : Les candidats ayant postulé au Prix les années précédentes ne sont pas admis à concourir.

Dossier de candidature

Le dossier de candidature doit impérativement comprendre les pièces suivantes :

En format numérique (PDF), sur clé USB ou CD-Rom :

  • Un fichier de la thèse ou de l’ouvrage référencé comme suit : pour une candidature au Prix Carbonnier : PC 2017 – Nom de famille
  • Une lettre de candidature
  • Un CV mentionnant, notamment les coordonnées postales, électroniques et téléphoniques du candidat
  • La liste de ses publications
  • Le résumé de la thèse ou de l’ouvrage (2 à 5 pages)
  • Le rapport de soutenance (pour la thèse)
  • L’introduction de la thèse ou de l’ouvrage
  • Le plan de la thèse ou de l’ouvrage
  • Deux lettres de recommandation, pouvant émaner de personnalités scientifiques étrangères.
  • Toutefois, s’agissant dune thèse, les membres du jury du Prix Carbonnier ainsi que ceux du jury de thèse ne sauraient accorder un tel parrainage. Les lettres de recommandation devront impérativement être insérées dans le dossier. Aucune lettre ne sera acceptée en dehors de ce dernier.

En format papier :

  • 12 exemplaires recto-verso et agrafés, du dossier complet, à l’exclusion de la thèse ou de l’ouvrage.

LES DOSSIERS INCOMPLETS NE SERONT PAS EXAMINÉS

Dépôt des candidatures

Les candidatures doivent être adressées par voie postale* pour le vendredi 21 avril 2017 (cachet de la Poste faisant foi) ou déposées** ce même jour à la Mission entre 9h30 et 16h.

*Adresse postale : Mission de recherche Droit et Justice / Ministère de la Justice / Site Olympe de Gouges – bureau 3E018, 13, place Vendôme 75042 Paris cedex 01

** En cas de dépôt à la Mission, l’adresse de remise est : 35 rue de la Gare, 75019 Paris. Se munir d’une pièce d’identité à présenter à l’accueil.

Pour y venir :

Métro Ligne 7 « Corentin Cariou » + Navette fluviale (embarcadère à 3 minutes de marche, quai de la Charente) ou Ligne 12 « Front Populaire » + Bus RATP ligne 239 direction Rosa Parks – arrêt « Parc du Millénaire ».

Tram – T3B direction porte de la Chapelle « porte d’Aubervilliers », puis 7 minutes à pied.

RER E – station Rosa Parks

Contacts pour le prix Carbonnier :

Victoria Vanneau : 01 70 22 70 36/vanneau@gip-recherche-justice.fr

Et

Jeanne Chabbal : 01 70 22 70 55/chabbal@gip-recherche-justice.fr

Lire le règlement du Prix Carbonnier

Lire les conditions générales de candidature

Télécharger l’affiche en PDF au format A3

Les États généraux de la recherche sur le Droit et la Justice

Où en est la recherche nationale et internationale dans les domaines juridiques et judiciaires ? Quels grands thèmes sont aujourd’hui traités ? Quelles seront les grandes questions de demain en matière de droit et de justice ? Quelles sont les futures perspectives de la recherche sur le droit et la justice ? C’est pour essayer de répondre à ces grandes questions que la Mission de recherche Droit et Justice, interface entre le monde de la recherche et le monde judiciaire et administratif, et le Secrétariat d’État en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, organisent les États généraux de la recherche sur le Droit et la Justice, en partenariat avec l’ENM, le CNRS et le ministère de la Justice. Ces quatre journées de rencontres, structurées autour de tables rondes et d’ateliers, ont été pensées pour encourager le débat entre professionnels du droit (magistrats, avocats, notaires, etc.) et chercheurs. Elles visent également à faire dialoguer les dynamiques de recherche entre elles et à réfléchir aux nouveaux défis politiques, économiques, technologiques et sociétaux de notre monde contemporain.

Les États généraux de la recherche sur le Droit et la Justice auront lieu du 30 janvier au 2 février 2017 et se tiendront sur le Campus Gérard-Mégie du CNRS, 3 rue Michel-Ange 75016 Paris.

Les inscriptions sont closes.

Suivre la retransmission en direct des tables rondes par webcast

Pour tous renseignements :

clement@gip-recherche-justice.fr ou renucci@gip-recherche-justice.fr

Consulter le programme

visuel-affiche-eg

La Mission partenaire de la Journée-rencontre entre doctorants, chercheurs et professionnels/militants associatifs du monde carcéral

JOURNEE-RENCONTRE
entre doctorants, chercheurs et professionnels / militants associatifs du monde carcéral

24 mai 2016  / 9h-14h30  / EHESS, 190-198 avenue de France
(salle du Conseil A & B / R-1)

Inscription en ligne obligatoire sur

.

PROGRAMME FINAL

  • Organisateur : Réseau des doctorants, chercheurs et professionnels du monde carcéral (reseau.prison@ehess.fr)
  • Partenaires :
  • Objectifs : renforcer le réseau national des doctorants, des chercheurs avec celui des chercheurs étrangers mais également avec les professionnels / militants associatifs du monde carcéral ; ouvrir des terrains de recherche ; susciter de nouvelles collaborations, des possibilités de missions, de partenariats, voire des recrutements.
  • Déroulement de la journée : des doctorants & post-doctorants de tout horizon présenteront leurs travaux qui seront discutés par des chercheurs, des professionnels & des militants associatifs du monde carcéral. Journée sous la présidence de Marc Bessin (IRIS/EHESS).
  • Intervenants (par ordre alphabétique)
    Lucie Alidières-Dumonceaud,  post-doctorante, Université Paul-Valéry Montpellier – « Le numérique sans Internet ?! En prison !? »
    Joséphine Bastard, doctorante, CRIS/Université de Liège, Belgique – « Le rôle des directeurs de prison dans le fonctionnement de l’application des peines en Belgique : l’ambiguïté du droit dans les murs »
    Nadia Biskri, doctorante, Université Paris 1 – « Transposer la prison pénale en situation coloniale: le cas de l’Algérie, de la conquête au tournant du siècle »
    Thibault Ducloux, doctorant TEPSIS, CMH/EHESS – « Les illusions carcérales : une divine comédie »
    Corentin Durand, doctorant, CMH-PRO/IMM-LIER/EHESS – « De l’interpellation du surveillant à la plainte au Président : comprendre les transformations de la prison à partir des doléances des personnes détenues »
    Meoin Hagège, doctorante IRIS/EHESS – « Les parcours de santé des détenus, des marges aux interstices »
    Marine Quennehen, doctorante CESPRA/EHESS & INED, « La paternité en détention : une identité en mouvement ? »
    Ouisa Kies, doctorante, CADIS/EHESS – « Comprendre et prévenir les processus de la radicalisation religieuse : retour d’expérience de la recherche-action nationale prison »
    Camille Lancelevée, doctorante, IRIS/EHESS –  « Une prison hospitalière ? Présences psy en milieu carcéral »
    Romain Tiquet, docteur, Humboldt Universität Berlin – « Réactions multiformes de refus du carcéral colonial : le cas des camps pénaux au Sénégal (1936-1960) »
  • Invité d’honneur : Bernard Bolze, fondateur de l’Observatoire International des Prisons (OIP), co-fondateur de Prison Insider, ancien membre du Contrôle Général des Lieux de Privation de Liberté (CGLPL), présentera son projet international « Prison insider » (http://www.prison-insider.com) et évoquera les passerelles et les collaborations possibles avec les jeunes chercheurs du Réseau.
  • Les Cercles de Formation de l’EHESS présenteront leurs offres de formation : un éventail de thèmes qui permettent de saisir l’institution carcérale dans la diversité des enjeux actuels.
  • Espace Exposition : des posters d’étudiants, des Tepsis Papers de chercheurs, doctorants, professionnels du monde carcéral seront mis à disposition du public