Le projet HUGO. Patrimoine des lieux de justice s’invite aux Journées européennes du Patrimoine

HUGO qui a reçu le soutien de la Mission de recherche Droit et Justice est un service ouvert dédié à la connaissance du patrimoine judiciaire. Il vise à dresser un inventaire patrimonial des lieux de jugement et d’exécution des peines en rassemblant des informations relatives à l’architecture, l’histoire et la mémoire de ces lieux. Souvent peu accessibles, chargés d’imaginaire et de mémoires conflictuelles, les lieux de justice restent aujourd’hui largement méconnus, malgré leur ancrage dans les territoires. HUGO propose une interface de consultation bilingue en libre accès destinée à faciliter le recueil d’informations et les recherches sur le patrimoine judiciaire. Conçu sur une base participative, il offre à chacun la possibilité de contribuer à la collecte des données.

À l’occasion des Journées européennes du Patrimoine le 16 septembre prochain, le public est invité de 14h à 18h (voir ci-dessous) à venir participer au projet en apportant des photographies, des archives et des informations sur des lieux de jugement et d’exécution des peines en Normandie (palais de justice, tribunaux, centres de détention, etc.). Ce rendez-vous sera l’occasion de présenter l’outil d’inventaire en ligne des lieux de justice et de peine, d’échanger, de recueillir et de sauvegarder les sources sur le patrimoine judiciaire en numérisant les documents qui seront mis en ligne sur le site Criminocorpus, musée de l’histoire de la justice, des crimes et des peinesUne copie numérique des documents apportés sera offerte.

HUGO est piloté par le Centre pour les humanités numériques et l’histoire de la justice (CLAMOR) et a reçu le soutien de la Mission de recherche Droit et Justice. Il est réalisé en partenariat avec les Archives nationales, la région Normandie, le GRHis (Rouen), le Centre d’histoire judiciaire de Lille (UMR 8025), l’équipe de recherche InTRU (Tours) et l’école nationale d’administration pénitentiaire.

Informations pratiques : 

Date de l’évènement : le 16 septembre 2017, de 14 h à 18 h.
Lieu(x) : Centre de ressources du Musée national de l’éducation

6 rue de Bihorel
76000 Rouen

Pour en savoir plus

https://hugo.criminocorpus.org

Pour connaître les modalités de contribution :

https://criminocorpus.org/fr/reperes/lieux-de-justice/hugo-participer-au-projet/

Contact : 

hugo@criminocorpus.org

Le droit pénal face aux atteintes à l’environnement

Colloque organisé par la cour de cassation, en partenariat avec le GIP Mission de recherche Droit et Justice et l’ENM

Le Jeudi 1er Juin 2017
de 9h30 à 18h00

Et le vendredi 2 Juin 2017
de 9h30 à 12h30

en Grand’chambre
Cour de cassation
5 quai de l’Horloge – Paris 1er

Entrée sur présentation d’une pièce d’identité avec inscription préalable obligatoire
sur le site Internet : www.courdecassation.fr

Consulter le programme
Manifestation validée au titre de la formation continue des magistrats et avocats.

Focus sur le prochain événement GIP-ENM : La cour d’assises dans la Justice du 21e siècle

Le GIP Mission de recherche Droit et Justice et l’ENM organisent un colloque sur La cour d’assises dans la Justice du 21e siècle, le Mercredi 28 juin 2017, de 8h30 à 18h, dans les locaux de l’ENM à Paris (1).

La cour d’assises, vieille institution de plus de 200 ans, n’avait jamais été réformée dans son principe, pour ainsi dire, malgré de nombreuses critiques. Même si des modifications importantes comme celles concernant la délibération ou encore le tirage au sort des jurés sont intervenues au fil des siècles, elle gardait cette empreinte révolutionnaire qui avait fait d’elle l’étendard de la souveraineté populaire. Le 21e siècle marque un tournant historique et décisif pour cette juridiction criminelle. Le législateur français a d’abord, par la loi du 15 juin 2000, introduit le droit d’appel. Puis, dans le contexte de l’arrêt Taxquet du 13 janvier 2009 rendu par la Cour Européenne des Droits de l’Homme, la loi du 10 août 2011 est ainsi venue instaurer la motivation des décisions criminelles. Autrefois, projet démocratique, la Cour d’assises est désormais sommée de bien juger au nom du procès équitable, principe d’où elle tire son nouveau prestige.

Cinq ans après son entrée en vigueur, la Mission de recherche Droit et Justice et l’École nationale de la magistrature proposent donc de revenir au cours d’une journée sur cette réforme. Dans une perspective pluridisciplinaire (droit, sociologie, anthropologie) et comparée, ce colloque vise à analyser et à discuter la manière dont la motivation s’est implantée, à en mesurer à la fois les apports et les enjeux dans la Justice du 21e siècle.

Plus encore, dans le contexte de managérialisation et de rationalisation des systèmes judiciaires qui touche l’Europe, ce colloque permettra d’élargir le propos en s’interrogeant sur le devenir de la cour d’assises (réduction du champ de compétence, délais d’audiencement, suppression du jury…), dont la réforme a déjà gagné certains pays européens voisins.

(1) Lieu

Grand Amphi

Ecole nationale de la magistrature

8 rue Chanoinesse-75004 Paris

Consulter le programme

Inscription préalable obligatoire

-pour les magistrats et avocats :  https://formation.enm.justice.fr/Pages/Accueil.aspx

-autres publics : christine.morantin@justice.fr

Prix Vendôme 2017

La campagne de recueil des candidatures pour le prix Vendôme 2017 est lancée.

Ce prix attribué par le ministère de la Justice et la Mission de recherche Droit et Justice, distingue chaque année une thèse de droit pénal, de procédure pénale ou de sciences criminelles portant sur un sujet intéressant particulièrement le ministère de la Justice, en partenariat avec les éditions LexisNexis. Une subvention de 3000 € est attribuée au lauréat. Les candidats devront avoir soutenu leur thèse – entre le 1er septembre 2015 et le 31 décembre 2016. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au vendredi 21 avril 2017.

N.B. : Les candidats ayant postulé au Prix les années précédentes ne sont pas admis à concourir.

Dossier de candidature

Le dossier de candidature doit impérativement comprendre les pièces suivantes :

En format numérique (PDF), sur clé USB ou CD-Rom :

  • Un fichier de la thèse ou de l’ouvrage référencé comme suit : pour une candidature au Prix Vendôme : PV 2017 – Nom de famille
  • Une lettre de candidature
  • Un CV mentionnant, notamment les coordonnées postales, électroniques et téléphoniques du candidat
  • La liste de ses publications
  • Le résumé de la thèse ou de l’ouvrage (2 à 5 pages)
  • Le rapport de soutenance (pour la thèse)
  • L’introduction de la thèse ou de l’ouvrage
  • Le plan de la thèse ou de l’ouvrage
  • Deux lettres de recommandation, pouvant émaner de personnalités scientifiques étrangères.
  • Toutefois, s’agissant dune thèse, les membres du jury du Prix Vendôme ainsi que ceux du jury de thèse ne sauraient accorder un tel parrainage. Les lettres de recommandation devront impérativement être insérées dans le dossier. Aucune lettre ne sera acceptée en dehors de ce dernier.

En format papier :

  • 12 exemplaires recto-verso et agrafés, du dossier complet, à l’exclusion de la thèse ou de l’ouvrage.

LES DOSSIERS INCOMPLETS NE SERONT PAS EXAMINÉS

Dépôt des candidatures

Les candidatures doivent être adressées par voie postale* pour le vendredi 21 avril 2017 (cachet de la Poste faisant foi) ou déposées** ce même jour à la Mission entre 9h30 et 16h.

*Adresse postale : Mission de recherche Droit et Justice / Ministère de la Justice / Site Olympe de Gouges – bureau 3E018, 13, place Vendôme 75042 Paris cedex 01

** En cas de dépôt à la Mission, l’adresse de remise est : 35 rue de la Gare, 75019 Paris. Se munir d’une pièce d’identité à présenter à l’accueil.

Pour y venir :

Métro Ligne 7 « Corentin Cariou » + Navette fluviale (embarcadère à 3 minutes de marche, quai de la Charente) ou Ligne 12 « Front Populaire » + Bus RATP ligne 239 direction RosaParks – arrêt « Parc du Millénaire ».

Tram – T3B direction porte de la Chapelle « porte d’Aubervilliers », puis 7 minutes à pied.

RER E – station Rosa Parks

Contacts pour le prix Vendôme :

Victoria Vanneau : 01 70 22 70 36/vanneau@gip-recherche-justice.fr

Et

Jeanne Chabbal : 01 70 22 70 55/chabbal@gip-recherche-justice.fr

Lire le règlement du Prix Vendôme

Lire les conditions générales de candidature

Télécharger l’affiche en PDF au format A3

Prix Carbonnier 2017

La campagne de recueil des candidatures pour le prix Jean Carbonnier de la recherche sur le droit et la justice 2017 est lancée.

Ce prix récompense des travaux portant sur le droit ou la justice, quelle que soit la discipline des sciences humaines et sociales concernée. Rédigés en français, publiés ou non, ils doivent constituer pour leur auteur, français ou étranger, l’une de ses premières recherches ou l’un de ses premiers travaux. Ils doivent avoir été achevés, et soutenus s’il s’agit d’une thèse, entre le 1er septembre 2015 et le 31 décembre 2016. Une subvention de 5000 € est attribuée au lauréat. Depuis 2017, le Prix Carbonnier est attribué en partenariat avec les éditions Dalloz. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au vendredi 21 avril 2017. 

N.B. : Les candidats ayant postulé au Prix les années précédentes ne sont pas admis à concourir.

Dossier de candidature

Le dossier de candidature doit impérativement comprendre les pièces suivantes :

En format numérique (PDF), sur clé USB ou CD-Rom :

  • Un fichier de la thèse ou de l’ouvrage référencé comme suit : pour une candidature au Prix Carbonnier : PC 2017 – Nom de famille
  • Une lettre de candidature
  • Un CV mentionnant, notamment les coordonnées postales, électroniques et téléphoniques du candidat
  • La liste de ses publications
  • Le résumé de la thèse ou de l’ouvrage (2 à 5 pages)
  • Le rapport de soutenance (pour la thèse)
  • L’introduction de la thèse ou de l’ouvrage
  • Le plan de la thèse ou de l’ouvrage
  • Deux lettres de recommandation, pouvant émaner de personnalités scientifiques étrangères.
  • Toutefois, s’agissant dune thèse, les membres du jury du Prix Carbonnier ainsi que ceux du jury de thèse ne sauraient accorder un tel parrainage. Les lettres de recommandation devront impérativement être insérées dans le dossier. Aucune lettre ne sera acceptée en dehors de ce dernier.

En format papier :

  • 12 exemplaires recto-verso et agrafés, du dossier complet, à l’exclusion de la thèse ou de l’ouvrage.

LES DOSSIERS INCOMPLETS NE SERONT PAS EXAMINÉS

Dépôt des candidatures

Les candidatures doivent être adressées par voie postale* pour le vendredi 21 avril 2017 (cachet de la Poste faisant foi) ou déposées** ce même jour à la Mission entre 9h30 et 16h.

*Adresse postale : Mission de recherche Droit et Justice / Ministère de la Justice / Site Olympe de Gouges – bureau 3E018, 13, place Vendôme 75042 Paris cedex 01

** En cas de dépôt à la Mission, l’adresse de remise est : 35 rue de la Gare, 75019 Paris. Se munir d’une pièce d’identité à présenter à l’accueil.

Pour y venir :

Métro Ligne 7 « Corentin Cariou » + Navette fluviale (embarcadère à 3 minutes de marche, quai de la Charente) ou Ligne 12 « Front Populaire » + Bus RATP ligne 239 direction Rosa Parks – arrêt « Parc du Millénaire ».

Tram – T3B direction porte de la Chapelle « porte d’Aubervilliers », puis 7 minutes à pied.

RER E – station Rosa Parks

Contacts pour le prix Carbonnier :

Victoria Vanneau : 01 70 22 70 36/vanneau@gip-recherche-justice.fr

Et

Jeanne Chabbal : 01 70 22 70 55/chabbal@gip-recherche-justice.fr

Lire le règlement du Prix Carbonnier

Lire les conditions générales de candidature

Télécharger l’affiche en PDF au format A3

Les États généraux de la recherche sur le Droit et la Justice

Où en est la recherche nationale et internationale dans les domaines juridiques et judiciaires ? Quels grands thèmes sont aujourd’hui traités ? Quelles seront les grandes questions de demain en matière de droit et de justice ? Quelles sont les futures perspectives de la recherche sur le droit et la justice ? C’est pour essayer de répondre à ces grandes questions que la Mission de recherche Droit et Justice, interface entre le monde de la recherche et le monde judiciaire et administratif, et le Secrétariat d’État en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, organisent les États généraux de la recherche sur le Droit et la Justice, en partenariat avec l’ENM, le CNRS et le ministère de la Justice. Ces quatre journées de rencontres, structurées autour de tables rondes et d’ateliers, ont été pensées pour encourager le débat entre professionnels du droit (magistrats, avocats, notaires, etc.) et chercheurs. Elles visent également à faire dialoguer les dynamiques de recherche entre elles et à réfléchir aux nouveaux défis politiques, économiques, technologiques et sociétaux de notre monde contemporain.

Les États généraux de la recherche sur le Droit et la Justice auront lieu du 30 janvier au 2 février 2017 et se tiendront sur le Campus Gérard-Mégie du CNRS, 3 rue Michel-Ange 75016 Paris.

Les inscriptions sont closes.

Suivre la retransmission en direct des tables rondes par webcast

Pour tous renseignements :

clement@gip-recherche-justice.fr ou renucci@gip-recherche-justice.fr

Consulter le programme

visuel-affiche-eg

La Mission partenaire de la Journée-rencontre entre doctorants, chercheurs et professionnels/militants associatifs du monde carcéral

JOURNEE-RENCONTRE
entre doctorants, chercheurs et professionnels / militants associatifs du monde carcéral

24 mai 2016  / 9h-14h30  / EHESS, 190-198 avenue de France
(salle du Conseil A & B / R-1)

Inscription en ligne obligatoire sur

.

PROGRAMME FINAL

  • Organisateur : Réseau des doctorants, chercheurs et professionnels du monde carcéral (reseau.prison@ehess.fr)
  • Partenaires :
  • Objectifs : renforcer le réseau national des doctorants, des chercheurs avec celui des chercheurs étrangers mais également avec les professionnels / militants associatifs du monde carcéral ; ouvrir des terrains de recherche ; susciter de nouvelles collaborations, des possibilités de missions, de partenariats, voire des recrutements.
  • Déroulement de la journée : des doctorants & post-doctorants de tout horizon présenteront leurs travaux qui seront discutés par des chercheurs, des professionnels & des militants associatifs du monde carcéral. Journée sous la présidence de Marc Bessin (IRIS/EHESS).
  • Intervenants (par ordre alphabétique)
    Lucie Alidières-Dumonceaud,  post-doctorante, Université Paul-Valéry Montpellier – « Le numérique sans Internet ?! En prison !? »
    Joséphine Bastard, doctorante, CRIS/Université de Liège, Belgique – « Le rôle des directeurs de prison dans le fonctionnement de l’application des peines en Belgique : l’ambiguïté du droit dans les murs »
    Nadia Biskri, doctorante, Université Paris 1 – « Transposer la prison pénale en situation coloniale: le cas de l’Algérie, de la conquête au tournant du siècle »
    Thibault Ducloux, doctorant TEPSIS, CMH/EHESS – « Les illusions carcérales : une divine comédie »
    Corentin Durand, doctorant, CMH-PRO/IMM-LIER/EHESS – « De l’interpellation du surveillant à la plainte au Président : comprendre les transformations de la prison à partir des doléances des personnes détenues »
    Meoin Hagège, doctorante IRIS/EHESS – « Les parcours de santé des détenus, des marges aux interstices »
    Marine Quennehen, doctorante CESPRA/EHESS & INED, « La paternité en détention : une identité en mouvement ? »
    Ouisa Kies, doctorante, CADIS/EHESS – « Comprendre et prévenir les processus de la radicalisation religieuse : retour d’expérience de la recherche-action nationale prison »
    Camille Lancelevée, doctorante, IRIS/EHESS –  « Une prison hospitalière ? Présences psy en milieu carcéral »
    Romain Tiquet, docteur, Humboldt Universität Berlin – « Réactions multiformes de refus du carcéral colonial : le cas des camps pénaux au Sénégal (1936-1960) »
  • Invité d’honneur : Bernard Bolze, fondateur de l’Observatoire International des Prisons (OIP), co-fondateur de Prison Insider, ancien membre du Contrôle Général des Lieux de Privation de Liberté (CGLPL), présentera son projet international « Prison insider » (http://www.prison-insider.com) et évoquera les passerelles et les collaborations possibles avec les jeunes chercheurs du Réseau.
  • Les Cercles de Formation de l’EHESS présenteront leurs offres de formation : un éventail de thèmes qui permettent de saisir l’institution carcérale dans la diversité des enjeux actuels.
  • Espace Exposition : des posters d’étudiants, des Tepsis Papers de chercheurs, doctorants, professionnels du monde carcéral seront mis à disposition du public

De la religion en prison

de la religion en prison

Céline Béraud, Claire de Galembert et Corinne Rostaing.

Cette recherche sociologique, basée sur deux ans d’enquête de terrain au sein des prisons françaises, englobe toutes les religions et se décentre du versant le plus exceptionnel ou spectaculaire du religieux pour embrasser ses manifestations ordinaires. Elle met au jour la façon dont l’administration gère les cultes. Elle donne des clés pour comprendre la façon dont les personnes détenues mobilisent – ou non – la religion et les rôles que peuvent tenir les aumôniers en la matière.

Avec le soutien de l’Institut universitaire de France et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), laboratoire ISP-UMR 7220 et le soutien financier de la Mission de recherche Droit et Justice.

2016, Presses Universitaires de Rennes.

Auteur(s) :

Céline Béraud est maîtresse de conférences à l’université de Caen et membre junior de l’Institut universitaire de France. Ses recherches actuelles portent sur la religion dans les institutions publiques (prison, hôpital) et les questions de genre dans le catholicisme.

Claire de Galembert est chargée de recherche au CNRS (Institut des sciences sociales du politique/ENS de Cachan). Ses recherches portent sur les politiques publiques du religieux, avec une attention particulière à la question du droit et de la justice dans la régulation des cultes.

Corinne Rostaing est maîtresse de conférences HDR à l’université Lyon 2 et membre du Centre Max-Weber (CNRS). Ses recherches portent sur le monde carcéral (les relations entre détenus et personnels, la violence, les questions de genre notamment).

En savoir plus :

Changer de prénom, De l’identité à l’authenticité

Changer de prénom_couv

Ouvrage publié avec le soutien de la Mission de recherche Droit et Justice.

Changer de prénom, c’est chercher à « devenir soi-même » (ou redevenir soi-même). De nombreux travaux ont pointé les injonctions contemporaines à être authentique sans insister sur les outils aux mains des personnes cherchant à fabriquer leur authenticité. Pour le dire autrement : changer de prénom n’est pas seulement répondre à la question « qui suis-je ? » (à la question de l’identité ou de l’identification étatique), mais c’est aussi répondre à la question de l’authenticité : « qui suis-je en vérité ? ». Identité et authenticité sont ainsi en tension dans les dossiers judiciaires. À travers une étude de la jurisprudence (soixante ans d’arrêts de cours d’appel, plusieurs dizaines d’observations d’audiences dans les tribunaux) et plusieurs mois de travail dans les archives des greffes, Baptiste Coulmont analyse comment le droit, petit à petit, en est venu à considérer le prénom non plus seulement sous l’angle de ses fonctions d’élément de l’état civil, à savoir sa capacité à identifier précisément un individu, mais aussi sous l’angle de ses fonctions connotatives : la capacité du prénom à indiquer l’appartenance à un groupe. S’est ainsi construit un « droit à devenir soi-même », reconnu à présent par des juristes et des magistrats.  On peut dès lors déployer une sociologie empirique de la fabrique de l’authenticité, en étudiant, à travers les archives judiciaires, les contextes où elle se manifeste concrètement. Autant d’histoires singulières qui racontent tour à tour le rapport de l’individu à son corps ou à son genre, ou encore à son sentiment d’appartenance nationale.

Baptiste Coulmont, maître de conférences à l’Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, est bien connu pour ses travaux consacrés à la sociologie des prénoms – notamment pour ses rapports annuels sur les prénoms des bacheliers. Il a publié plusieurs ouvrages, dont Sociologie des prénoms (La Découverte, 2011, nouvelle édition 2014) et Les Courants contemporains de la sociologie (avec Céline Béraud, Presses universitaires de France, 2008).

152 pages / 15,5 x 24 cm / 2016 / 16 €
ISBN-13 : 978-2-7297-0898-6

Presses universitaires de Lyon (PUL, 2016)
En savoir plus : http://presses.univ-lyon2.fr/produit.php?id_produit=999

La pratique du droit de l’Union européenne par le juge judiciaire

1ere de couv livre Bergé

Ouvrage à paraître le 6 avril 2016 avec le soutien de la Mission de recherche Droit et Justice.

Cet ouvrage porte publication des actes du colloque organisé à Lyon en juin 2015 par l’Équipe de Droit International, Européen et Comparé (EDIEC, EA n° 4185) en collaboration avec le Groupement de recherche CNRS Réseau Universitaire européen Droit de l’Espace de liberté, sécurité et justice (GDR RUEDELSJ n° 3452) et les Éditions Dalloz. Il a également reçu le soutien de la Mission de recherche Droit & Justice.

Il propose de confronter à la pratique professionnelle de magistrats français (constitutionnel, cassation, appel, première instance) une recherche collective menée par une équipe d’universitaires sur la manière dont notre juge judiciaire français entend faire application du droit de l’Union européenne (publication d’une chronique annuelle à la Revue trimestrielle de droit européen depuis 2012).

La discussion est articulée autour de différents cas. Elle est précédée de différentes présentations ayant trait aux rapports entre le juge européen et les juges nationaux, à la matière pénale, au droit des étrangers, au droit international privé et au droit économique. L’ensemble est introduit par Jean-Sylvestre Bergé, Pr à l’Université Jean Moulin Lyon 3 et co-directeur d’un groupe de recherches CNRS en droit européen et fait l’objet d’une analyse conclusive de Guy Canivet, Premier président honoraire de la Cour de cassation et membre du Conseil constitutionnel.

Sous la direction de :
Jean-Sylvestre Bergé
Guy Canivet

Avec les contributions de :
Sébastien Adalid
Marc Clément
Cécile Corso
Pauline Dalmazir
Bernadette Le Baut-Ferrarese
Ève Matringe
Céline Moille
Mathias Murbach
Amélie Panet
Olivier Peiffert
Cécile Pellegrini
Sylvaine Poillot-Peruzzetto
Alexandre Quiquerez
Jean-Dominique Sarcelet
Blandine Thellier de Poncheville
Florence Zampini
Et la participation de :
Frédérique Ferrand
Cyril Nourissat
Marie-Laure Basilien-Gainche
Gaëlle Marti
Édouard Treppoz
Malik Laazouzi
Georges Cavalier
Nicolas Couturier

Responsable administrative du projet : Véronique Gervasoni

A paraître le 06/04/2016 chez Dalloz.

La campagne de recueil des candidatures pour le Prix Jean Carbonnier 2016 et le Prix Vendôme 2016 est lancée !

Prix Jean Carbonnier de la recherche sur le droit et la justice 2016

La campagne de recueil des candidatures pour le prix Jean Carbonnier de la recherche sur le droit et la justice 2016 est lancée. Ce prix récompense des travaux portant sur le droit ou la justice, quelle que soit la discipline des sciences humaines et sociales concernée. Rédigés en français, publiés ou non, ils doivent constituer pour leur auteur, français ou étranger, l’une de ses premières recherches ou l’un de ses premiers travaux. Ils doivent avoir été achevés, et soutenus s’il s’agit d’une thèse, entre le 1er septembre 2014 et le 31 décembre 2015. Une subvention de 5000 € est attribuée au lauréat. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au Jeudi 21 avril 2016.

N.B. : Les candidats ayant postulé au Prix les années précédentes ne sont pas admis à concourir.

Dossier de candidature

Le dossier de candidature doit impérativement comprendre les pièces suivantes :

En format numérique (PDF), sur clé USB ou CD-Rom :

  • Un fichier de la thèse ou de l’ouvrage référencé comme suit : pour une candidature au Prix Carbonnier : PC 2016 – Nom de famille
  • Une lettre de candidature
  • Un CV mentionnant, notamment les coordonnées postales, électroniques et téléphoniques du candidat
  • La liste de ses publications
  • Le résumé de la thèse ou de l’ouvrage (2 à 5 pages)
  • Le rapport de soutenance (pour la thèse)
  • L’introduction de la thèse ou de l’ouvrage
  • Le plan de la thèse ou de l’ouvrage
  • Deux lettres de recommandation, pouvant émaner de personnalités scientifiques étrangères.
  • Toutefois, s’agissant dune thèse, les membres du jury du Prix Carbonnier ainsi que ceux du jury de thèse ne sauraient accorder un tel parrainage. Les lettres de recommandation devront impérativement être insérées dans le dossier. Aucune lettre ne sera acceptée en dehors de ce dernier.

 En format papier :

  • 12 exemplaires recto-verso et agrafés, du dossier complet, à l’exclusion de la thèse ou de l’ouvrage.

LES DOSSIERS INCOMPLETS NE SERONT PAS EXAMINÉS.

Dépôt des candidatures

Les candidatures doivent être adressées par voie postale* pour le jeudi 21 avril 2016 (cachet de la Poste faisant foi) ou déposées** ce même jour à la Mission entre 9h30 et 16h.

*Adresse postale : Mission de recherche Droit et Justice / Ministère de la Justice / Site Millénaire 3 – bureau 3E018, 13, place Vendôme 75042 Paris cedex 01

** En cas de dépôt à la Mission, l’adresse de remise est : 35 rue de la Gare, 75019 Paris. (Se munir d’une pièce d’identité à présenter à l’accueil).

Pour y venir :

Métro Ligne 7 « Corentin Cariou » + Navette fluviale (embarcadère à 3 minutes de marche, quai de la Charente) ou Ligne 12 « Front Populaire » + Bus RAPT ligne 239 direction St-Denis-médiathèque – arrêt « Parc du Millénaire ».

Tram

T3B direction porte de la Chapelle « porte d’Aubervilliers », puis 7 minutes à pied.

Contact pour le prix Carbonnier :

Mme Victoria Vanneau : 01 44 77 66 61, Attention à compter du 8 février : 01 70 22 70 36/vanneau@gip-recherche-justice.fr

Lire le règlement du Prix Carbonnier

Lire les conditions générales de candidature

Télécharger l’affiche en PDF au format A4

Prix Vendôme 2016

La campagne de recueil des candidatures pour le prix Vendôme 2016 est lancée. Ce prix attribué par le ministère de la Justice et la Mission de recherche Droit & Justice, distingue chaque année une thèse de droit pénal, de procédure pénale ou de sciences criminelles portant sur un sujet intéressant particulièrement le ministère de la Justice, en partenariat avec les éditions Lexis Nexis. Une subvention de 3000 € est attribuée au lauréat. Les candidats devront avoir soutenu leur thèse – entre le 1er septembre 2014 et le 31 décembre 2015. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au Jeudi 21 avril 2016.

N.B. : Les candidats ayant postulé au Prix les années précédentes ne sont pas admis à concourir.

Dossier de candidature

Le dossier de candidature doit impérativement comprendre les pièces suivantes :

En format numérique (PDF), sur clé USB ou CD-Rom :

  • Un fichier de la thèse ou de l’ouvrage référencé comme suit : pour une candidature au Prix Vendôme : PV 2016 – Nom de famille
  • Une lettre de candidature
  • Un CV mentionnant, notamment les coordonnées postales, électroniques et téléphoniques du candidat
  • La liste de ses publications
  • Le résumé de la thèse ou de l’ouvrage (2 à 5 pages)
  • Le rapport de soutenance (pour la thèse)
  • L’introduction de la thèse ou de l’ouvrage
  • Le plan de la thèse ou de l’ouvrage
  • Deux lettres de recommandation, pouvant émaner de personnalités scientifiques étrangères.
  • Toutefois, s’agissant dune thèse, les membres du jury du Prix Vendôme ainsi que ceux du jury de thèse ne sauraient accorder un tel parrainage. Les lettres de recommandation devront impérativement être insérées dans le dossier. Aucune lettre ne sera acceptée en dehors de ce dernier.

 En format papier :

  • 12 exemplaires recto-verso et agrafés, du dossier complet, à l’exclusion de la thèse ou de l’ouvrage.

LES DOSSIERS INCOMPLETS NE SERONT PAS EXAMINÉS.

Dépôt des candidatures

Les candidatures doivent être adressées par voie postale* pour le jeudi 21 avril 2016 (cachet de la Poste faisant foi) ou déposées** ce même jour à la Mission entre 9h30 et 16h.

*Adresse postale : Mission de recherche Droit et Justice / Ministère de la Justice / Site Millénaire 3 – bureau 3E018, 13, place Vendôme 75042 Paris cedex 01

** En cas de dépôt à la Mission, l’adresse de remise est : 35 rue de la Gare, 75019 Paris. Se munir d’une pièce d’identité à présenter à l’accueil.

Pour y venir :

Métro Ligne 7 « Corentin Cariou » + Navette fluviale (embarcadère à 3 minutes de marche, quai de la Charente) ou Ligne 12 « Front Populaire » + Bus RAPT ligne 239 direction St-Denis-médiathèque – arrêt « Parc du Millénaire ».

Tram

T3B direction porte de la Chapelle « porte d’Aubervilliers », puis 7 minutes à pied.

Contact pour le prix Vendôme :

Mr Loïc Le Pape : 01 44 77 66 64, Attention à compter du 8 février : 01 70 22 70 55/lepape@gip-recherche-justice.fr

Lire le règlement du Prix Vendôme

Lire les conditions générales de candidature

Télécharger l’affiche en PDF au format A4

La justice et l’oubli – regards croisés sur la dialectique mémoire-oubli dans le champ judiciaire

Journées annuelles d’étude de l’AFHJ

Les 19 et 20 novembre 2015

Conseil supérieur du notariat
60 bvd de la Tour-Maubourg, Paris, 7e
Métro La Tour-Maubourg (Ligne 8)

Avec le soutien de la Mission Droit et Justice.

Contacts et inscriptions
Jean-Pierre ALLINNE : jean-pierre.allinne@univpau.fr
Mathieu SOULA : mathieu.soula@univ-reims.fr

Pour en savoir plus :