Jeunesse irrégulière Moralisation, correction et tutelle judiciaire au XIXe siècle

 1445588585

Héritière des anciennes mesures de police propres au pouvoir royal, l’éducation correctionnelle se transforme, à mesure qu’elle se confronte à une population d’enfants urbains, misérables et pitoyables, en un dispositif individualisé de surveillance et de bienveillance. Elle construit à partir du foisonnement des sciences sociales de la fin du XIXe siècle les savoirs, les discours, les pratiques administratives et judiciaires permettant d’agir efficacement à l’encontre d’une jeunesse socialement inadaptée.

Avec le soutien de l’université d’Orléans et du laboratoire Centre de recherches juridiques Pothier de l’université d’Orléans.

Auteur : Dominique Messineo,  2015, Presses Universitaires de Rennes.

Pour en savoir plus : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3963&utm_source=parution-jeune

Journée d’études : prisons et méthodes de recherche

Le jeudi 3 décembre 2015

à l’ENS Cachan
Pavillon des jardins
61, avenue du Président Wilson
94235 Cachan cedex

Cette journée d’études est organisée par Claire de Galembert (ISP), Anaïs Henneguelle (IDHES) et Caroline Touraut (DAP – chercheuse associée à l’ISP)

Entrée libre sur inscription auprès de : anais.henneguelle@ens-cachan.fr

La réception du droit du travail par les milieux professionnels et intellectuels (XIXe-XXe siècles)

Colloque
Les 26 et 27 novembre 2015

Université de Bourgogne

Le droit du travail est souvent présenté comme un droit difficile d’accès dont la complexité résulterait autant de sa technicité que de son foisonnement. Il est aussi décrié pour sa porosité avec le politique. Enfin, il serait un droit sclérosant d’un point de vue économique, un droit dont la rigidité constituerait un frein à l’embauche. Dans sa forme actuelle, le droit du travail semble de moins en moins bien perçu/reçu par les acteurs des mondes économiques et judiciaires. Il paraît donc indispensable d’interroger la réception du droit du travail sur une période relativement longue, du XIXe au XXIe siècle, afin de déterminer si cette difficile appréhension est une constante au cours de l’histoire ou simplement un phénomène lié au contexte économique et social de ce début du XXIe siècle.

Pour en savoir plus : programme et inscriptions