Retour sur – « Surveillant, un métier en mouvement »

Parce qu’ils représentent 69 % des effectifs de l’administration pénitentiaire, le 17 novembre 2017 à l’Hôtel de Ville de Paris, s’est tenu un colloque sur les « Surveillants, un métier en mouvement ». Cette journée organisée par le Bureau des études et des statistiques de la DAP a été l’occasion de revenir sur le métier de surveillant dont l’activité, au cœur de fortes revendications, est en constante évolution et innovation.

Sans prétendre vouloir dresser le portrait du surveillant pénitentiaire du 21e siècle, cette journée a permis de faire le point sur les transformations de la profession qui, au fil des années, s’est diversifiée (moniteurs de sport, agent des greffes, etc.) et féminisée tout autant qu’elle vieillissait. Mais au-delà de ces évolutions socio-démographiques, c’est à un invariable constat que l’on est confronté lorsqu’il s’agit d’analyser l’image sociale du métier. Manque d’attractivité, pénibilité, dégradation des conditions de travail : les difficultés d’hier, relève Florence de Bruyn, démographe au Bureau des statistiques et des études à la DAP, demeurent encore celles d’aujourd’hui et rejaillissent sur la vie personnelle des surveillants (divorces, surendettement, maladie, alcoolisme, suicide, espérance de vie réduite). Si la satisfaction professionnelle s’est dégradée, une majorité de surveillants avoue toutefois « qu’elle repasserait le concours si c’était à refaire », observe le sociologue Fabrice Guilbaud (Université de Picardie), car nombre d’entre eux, issus des milieux populaires, étaient au chômage. Leur entrée dans la fonction publique leur a donc non seulement permis de s’insérer socialement, d’avoir un « bon » salaire, mais aussi de ne plus redouter à nouveau le chômage et l’exclusion sociale1.

Le sens du travail est bien plus important que le travail lui-même. Être surveillant, conclut Fabrice Guilbaud, s’est appartenir à un groupe solidaire, et cette solidarité se révèle nécessaire compte tenu du cycle de travail matin/nuit mis en place dans les années 1920, rappelle l’historien Jean-Lucien Sanchez (Bureau des statistiques et des études, DAP). En effet, le rythme et l’organisation du travail de surveillant pénitentiaire ne consiste pas seulement, indique Hadrien Mer (ENS Lyon), à faire respecter les règles au sein de l’établissement, mais à veiller à l’intégrité et au maintien en vie des détenus. « Chacun est en représentation comme au théâtre », remarque le sociologue. Car le cycle matin/nuit brise une continuité dans la surveillance. La solidarité entre les équipes est donc plus que jamais décisive pour assurer un suivi efficace et éviter tout sentiment d’impunité dans le contexte de rapports de force ou manifestations de violence des détenus la nuit. De septembre 2014 à mai 2016, Régis Mollard (Université Paris Descartes), a pu observer, pour sa part, les rythmes et les modalités du travail en équipe des personnels pénitentiaires. De cette étude, l’ergonome tire quelques préconisations comme privilégier deux jours maximums de travail consécutif, rééquilibrer les temps de travail/temps de repos, et ne pas négliger les effets des conditions matérielles (architecture et qualité environnementale, apport de lumière naturelle, qualité de l’éclairage artificiel).
Mais cette journée a surtout été l’occasion de réfléchir au métier de surveillant de demain : l’analyse du développement de nouveaux quartiers, de l’impact des nouvelles technologies (modules de respect, pôles centralisateurs), et le témoignage de nouvelles formes d’organisation du travail (exemple du binômage-ilotage du Centre de détention du Val de Reuil) ont permis de mesurer l’étendue du renouvellement du métier de surveillant du 21e siècle.

1 Fabrice Guilbaud, La socialisation professionnelle des surveillants de prison – une perspective longitudinale, quantitative et qualitative (1993-2017), UMR 7319 CURAPP, Université de Picardie, recherche pour la Mission en cours : http://www.gip-recherche-justice.fr/publication/la-socialisation-professionnelle-des-surveillants-de-prison-1993-2017-une-perspective-longitudinale-quantitative-et-qualitative/ ; voir également, Georges Benguigui, Fabrice Guilbaud, Guillaume Malochet, La socialisation des surveillants de l’administration pénitentiaire. Une perspective longitudinale quantitative d’une cohorte de surveillants, 2008, rapport GIP-Mission de recherche Droit et Justice : http://www.gip-recherche-justice.fr/publication/la-socialisation-des-surveillants-de-ladministration-pnitentiaire/

© Caroline Montégné/SCICOM/Justice et P.NIvet/SCRI/DAP/MJ


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.