Une équipe renforcée

Une équipe renforcée ! Quatre nouveaux membres sont arrivés entre septembre et janvier à la Mission : Sandrine Zientara-Logeay, directrice de la Mission, Benoît Legrand, directeur adjoint, Florence Renucci, directrice adjointe et Coralie Courtaigne-Deslandes, chargée du suivi scientifique. Les autres membres de l’équipe sont Dominique Boralevi, Geneviève Ceyrac, Laurence Garcia et Victoria Vanneau.

 

La directrice

Sandrine Zientara-Logeay a été nommée inspectrice générale adjointe des services judiciaires par décret en date du 08 août 2014. Historienne et juriste de formation, elle a intégré l’Ecole nationale de la magistrature en 1990. Après un premier poste de substitut du procureur de la République au tribunal de grande instance de Brest, elle rejoint l’administration centrale du ministère de la Justice en 1994. Elle est ensuite affectée au tribunal de première instance de Mayotte en 1997, comme juge, avant de revenir à l’administration centrale, en 2001, en qualité de chef du bureau de l’action juridique et du droit pénitentiaire à la direction de l’administration pénitentiaire. De 2005 à 2009, elle poursuit sa carrière comme vice-présidente au tribunal de première instance de Papeete. Elle est nommée, en septembre 2009, avocate générale référendaire à la Cour de cassation où elle exerce successivement à la chambre sociale puis à la chambre criminelle, ainsi que comme chargée de mission au cabinet du procureur général. Elle a été appelée ensuite au cabinet du ministre de la Justice, d’octobre 2012 à août 2014, comme conseillère chargée de la législation civile puis pénale.

Les directeur/trice adjoints

Agrégé de philosophie, ancien élève de l’École nationale d’administration, Benoît Legrand est administrateur civil au ministère de la Justice depuis 2011. Il a d’abord servi au sein de l’Inspection générale des services judiciaires, principalement dans le cadre de missions d’évaluation des politiques publiques, puis a effectué sa mobilité statutaire en qualité de premier conseiller au tribunal administratif de Melun où il a notamment traité des contentieux de l’urbanisme, du logement social, des étrangers, ainsi que du contentieux pénitentiaire.

Benoît Legrand intervient par ailleurs, ponctuellement, au sein de l’Institut d’études judiciaires de l’Université Jean Monet de Sceaux, où il enseigne la philosophie politique aux étudiants qui préparent le concours de l’École nationale de la magistrature.

 

Docteur en droit, diplômée de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence et de la Facoltà di Giurisprudenza di Perugia, Florence Renucci a été boursière de diverses institutions et fondations nationales et internationales. Elle est chargée de recherches CNRS au Centre d’Histoire Judiciaire (CHJ) de Lille depuis 2008. F. Renucci étudie et enseigne l’histoire européenne du droit et de la justice en situation coloniale et post-coloniale, thème sur lequel elle a publié près d’une quarantaine de contributions et coordonné plusieurs projets (http://publicationslist.org/florence.renucci). Parmi ses dernières publications, on peut citer Les décolonisations au XXe s. Les hommes de la transition : itinéraires, actions et traces (avec Samia El Mechat, L’Harmattan, 2014) et Eric De Mari, Martine Fabre, Florence Renucci, Cours d’histoire du droit colonial, Université numérique juridique francophone, 2015.

F. Renucci est également impliquée dans la vie scientifique de l’Université Lille 2 (conseil académique et comité stratégique). Elle dirige l’axe « Histoire du droit et de la justice coloniale » et la collection « Colibris » au CHJ. Elle co-anime le carnet de recherches « Colonialcorpus » (http://colonialcorpus.hypotheses.org/) et fait partie des fondateurs du réseau « Ricode ».

Les responsables du suivi des recherches

Docteur en droit diplômée de l’Université de Paris II-Panthéon-Assas, titulaire du CAPA de l’EFB de Paris et de l’International Legal English Certificate de l’Université de Cambridge, Coralie Courtaigne-Deslandes est chargée de mission CNRS. Elle a préalablement exercé comme avocate et assuré divers enseignements auprès des universités de Paris II, Paris X-Nanterre, Rouen et Versailles Saint-Quentin, en étant qualifiée aux fonctions de Maître de Conférences.

Les thématiques environnementales constituent son champ de réflexion privilégié, avec une dominante en droit pénal. Outre sa thèse sur L’adéquation du droit pénal à la protection de l’environnement (Université Paris II, 2010), Coralie Courtaigne-Deslandes est l’auteur d’une dizaine d’articles en droit pénal de l’environnement, droit pénal spécial et droit des personnes, publiés au sein de revues et d’ouvrages collectifs (http://cdpc.u-paris10.fr/membres/coralie-courtaigne-deslandes). Son dernier article s’intitule « La répression des atteintes irréversibles » (Actes du colloque Droit répressif : quelles perspectives pour le droit de l’environnement ?, Revue Juridique de l’Environnement, n° spécial 2014). Elle participe ponctuellement à des groupes de travail ministériels et interministériels traitant des problématiques d’environnement et de santé publique.

 

Victoria Vanneau est docteur en droit, spécialiste des violences de genre en droit pénal français et en droit pénal international.

Elle est l’auteur de nombreux articles scientifiques : « Maris battus. Histoire d’une “interversion” des rôles conjugaux » (Ethnologie française, n°4, 2006) ; « Justice pénale et violences conjugales au xixe siècle. Enquête sur les avatars judiciaires d’une catégorie de violence » in A. Follain et al. (dir), La Violence et le judiciaire du Moyen Âge à nos jours (PUR, 2008) ; « Le Tribunal pénal international doit-il faire l’événement ? Ou les paradoxes d’une justice pour l’Histoire » (Sociétés & Représentations, n°32, 2011) ; « Société et criminalité féminine xixe-xxe siècles » (AJ Pénal, n°1, 2010) ; « L’interrogatoire, ou l’art du déchiffrement. Comment la justice pénale faisait parler les corps au xixe siècle », in Christophe Granger (dir.), Histoire par corps : Chair, posture, charisme (PUP, 2012) ; « Maris battus, femmes violentes : justice et société face à l’interversion des rôles conjugaux au 19e siècle » in Adbdelhafid Hammouche (dir.), Violences conjugales : Rapports de genre, rapports de force, (PUR, 2012). Elle a notamment co-écrit un ouvrage sur la construction des mythes et leur place dans le récit national (Le Vase de Soissons n’existe pas et autres vérités cruelles sur l’histoire de France, Autrement, 2013) et écrit un ouvrage sur le statut juridique de l’animal en France (Le Chien. Histoire d’un objet de compagnie, Autrement, 2014).

 

Geneviève Ceyrac et Laurence Garcia sont chargées du suivi administratif et financier de la mission. L’organisation administrative, la valorisation et la communication sont assurées par Dominique Boralevi.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.