Retour sur…Le colloque “Henri Lévy-Brühl, juriste sociologue” qui s’est tenu les 26 et 27 mars 2015

Juriste, historien du très ancien droit romain ainsi que de la naissance des sociétés commerciales, sociologue, criminologue, ethno-juriste… Henri Lévy-Brühl, héritier tant de la pensée de son père Lucien, que celle de Durkheim et de Mauss, laisse une œuvre cinquantenaire de l’entre-deux guerres et de l’après guerre, pluridisciplinaire, qui, 50 ans après sa disparition, est toujours actuelle et riche d’enseignements.

Son dialogue avec les autres sciences sociales, ses engagements citoyens et institutionnels ont fait l’objet de deux journées d’études organisées par Frédéric Audren, Emmanuelle Chevreau et Raymond Verdier et rassemblant anciens et jeunes chercheurs et enseignants, avec le précieux soutien de la Bibliothèque Cujas, du Centre de documentation des droits antiques et de la Mission Droit et Justice.

Son œuvre scientifique, selon l’expression du doyen Carbonnier, fut « un véritable manifeste pour une sociologie juridique globale » visant en particulier à combattre auprès des étudiants en droit « la tendance dogmatique que les études de droit favorisent presque nécessairement ».

Les deux présidents des Universités Panthéon-Assas et Panthéon Sorbonne, Guillaume Leyte et Philippe Boutry, ont honoré de leur présence l’ouverture du colloque sur les lieux mêmes de l’ancienne Faculté de droit et des sciences économiques de Paris, où Henri Lévy-Brühl enseigna le droit Romain de 1930 jusqu’à sa retraite en 1957.

Alors que le droit romain était en crise, il fonda, après la Libération, l’Institut de Droit Romain où, de 1947 jusqu’à son décès en 1964, près de deux cent spécialistes des différents systèmes juridiques de l’Antiquité (droit grec, droit suméro-acadien, droit juif, droit égyptien, droit romain) sont venus présenter leur recherche.

Le droit romain, dans sa triple dimension ancienne, médiévale et moderne, était pour Henri Lévy-Brühl « l’une des plus belles créations du génie humain, un droit qui s’appliquait aux hommes de toutes les confessions et avait pour principal moteur la volonté humaine. Il fallait l’étudier pour lui-même, sur le terrain de la pure recherche scientifique, comme un des principaux faits de civilisation que nous offre l’histoire de l’humanité ».

Le formalisme procédural, le langage des formules et gestes rituels de la vérité judiciaire dans la société archaïque romaine ont fait l’objet de ses principales recherches en droit romain, depuis sa thèse de 1910 sur le témoignage instrumentaire jusqu’à ses Recherches sur les Actions de la loi de 1960.

Son dernier ouvrage de 1963, La Preuve Judiciaire, ainsi que son Que sais-je ? Sociologie du Droit de 1961 sont, parmi ses nombreux travaux, ceux que l’on peut espérer voir prochainement rééditer.

Raymond Verdier

Directeur de recherche honoraire au CNRS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.