Actualités de la recherche – La prison face au vieillissement. Expériences individuelles et prise en charge institutionnelle des détenus « âgés ».

 > A noter : recherche menée suite à un appel à projets du GIP.

TOURAUT

© DR

Caroline Touraut, docteure en sociologie, chargée d’études, Bureau des statistiques et des études, Direction de l’Administration Pénitentiaire-ministère de la Justice, chercheuse associée à l’ISP Cachan.

 

DESESQUELLES

© DR

Aline Désesquelles, démographe, directrice de recherche à l’INED.

En France, le nombre de personnes détenues âgées de 50 ans ou plus augmente à partir des années 1990. En raison de l’allongement des peines et de la pénalisation croissante de certaines infractions, leur part dans la population écrouée est passée de 5% en 1990 à 12% au 1er janvier 2015 [1] soit 9 291 personnes. Les problèmes nouveaux que pose cette population croissante constituent un véritable enjeu de politique publique. Le vieillissement en prison peut paraître un sujet marginal au regard des autres problèmes gérés quotidiennement en établissement pénitentiaire. C’est pourtant un prisme riche pour analyser l’expérience et le fonctionnement carcéral en permettant d’interroger autrement les relations sociales qui se nouent en prison, l’articulation entre les différents corps de professionnels y travaillant, les normes d’usage des espaces carcéraux etc. Analyser la prison à travers les enjeux soulevés par la présence croissante de détenus âgés permet aussi plus globalement d’appréhender les évolutions, tensions et paradoxes qui les caractérisent.

 Porter son regard sur les personnes détenues âgées amène à s’interroger aussi sur le sens de la peine et les fonctions sociales attribuées à la prison. Ces questions sont au cœur de la recherche qui a été menée par Aline Désesquelles, démographe et Caroline Touraut, sociologue, avec le soutien du GIP Mission Droit & Justice et a fait l’objet d’un rapport publié en mai 2015 « La prison face au vieillissement. Expériences individuelles et prise en charge institutionnelle des détenus  âgés ». Elle porte d’une part sur les expériences carcérales des personnes âgées de 50 ans ou plus et s’intéresse d’autre part aux difficultés éprouvées par les professionnels intervenant en prison (les surveillants, les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation, les personnels médicaux) pour prendre en charge cette population. L’analyse s’appuie sur 140 entretiens (63 avec des personnes détenues âgées d’au moins 50 ans, 72 avec des professionnels) réalisés dans quatre établissements pénitentiaires. L’étude propose également une description du profil de ces détenus à partir d’une nouvelle exploitation de l’enquête HID-Prisons (2001), seule enquête qui permette en France de décrire les déficiences et incapacités des personnes incarcérées.

L’accroissement du nombre de personnes âgées et/ou en perte d’autonomie en prison a conduit l’administration pénitentiaire à prendre un certain nombre de mesures visant à répondre à la spécificité de leurs besoins (aménagements architecturaux, conventions avec des partenaires extérieurs…). Pour autant, leur prise en charge pose encore de nombreux problèmes à une institution dont l’espace et l’organisation ne sont pas pensés pour les accueillir. Vulnérables, isolés et sédentaires, tous se sentent décalés par rapport aux autres détenus.

Leur expérience est cependant diverse selon, par exemple, qu’ils sont entrés tardivement en prison après une vie « dans la norme » ou qu’ils sont incarcérés depuis de longues années. L’étude montre aussi l’insuffisance des moyens matériels et humains disponibles pour faire face à la perte d’autonomie des personnes détenues. L’élaboration des projets de sortie est tout aussi problématique.

Les résultats de cette recherche invitent à engager une réflexion collective exigeante et volontariste sur la question fondamentale de la place de ces personnes en prison et plus largement sur les politiques de la vieillesse en France.

Caroline Touraut

[1] Ministère de la Justice  – Direction de l’administration pénitentiaire (2015). « Séries statistiques des personnes placées sous main de justice 1980 – 2015 »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.