Retour sur… Le colloque international « La dénationalisation de l’enseignement du droit : comparaison des expériences » Le 13 novembre 2015 à Bordeaux

Le colloque international « La dénationalisation de l’enseignement du droit : comparaison des expériences » Le 13 novembre 2015 à Bordeaux

Ce colloque international, tenu le 13 novembre 2015 au sein du Pôle Juridique et Judicaire de l’Université de Bordeaux, inaugure un cycle de rencontres et de projets de recherche menés par l’Université de Bordeaux et ses universités partenaires, dans le cadre du programme de formation-recherche (2015-2017) « Inventivité juridique et monde global – les frontières du droit (constitutionnel) ». Cette journée d’étude, organisée par Marie-Claire Ponthoreau, professeur de droit public à la Faculté de droit de Bordeaux, s’est ainsi centrée autour de la thématique de l’enseignement du droit dans un contexte global et plus particulièrement sur la question de la dénationalisation de ce dernier au travers d’un retour d’expérience entre acteurs académiques de différents systèmes nationaux.

Le Doyen de la Faculté de droit et de science politique de Bordeaux, dès son allocution d’ouverture, a inscrit la journée dans un regard réflexif porté sur les différents degrés et modes d’internationalisation offerts par la pédagogie universitaire. Y étaient alors considérées à la fois la dénationalisation des enseignements mais aussi la dénationalisation des acteurs de l’enseignement.

Ce terme de « dénationalisation » de l’enseignement, véritable pivot de cette journée d’étude a pu être explicité par Marie-Claire Ponthoreau. Envisagée comme la résultante des effets de l’internationalisation et de la globalisation dans le secteur juridique et la prise de conscience que la formation des juristes ne peut plus être seulement pensée à l’horizon national, la dénationalisation a alors été définie non pas comme la fin du droit national mais au contraire comme son inclusion dans une vision plus large, visant, par la déconnexion de l’enseignement juridique de son assise territoriale, à offrir une formation plus à même de préparer les futurs juristes à la complexité du pluralisme juridique. Le rôle du droit européen et, plus à la marge, du droit comparé, comme marqueur de ce nécessaire décloisonnement entre national et international, a pu être souligné. Mais plus largement le Professeur Ponthoreau a identifié deux positions permettant une véritable rupture avec un certain tropisme national : la dénationalisation de la formation et le choix d’une approche transystémique. Par dénationalisation est ici visée l’étude en parallèle d’un système de droit étranger et du système de droit national.A l’inverse, le transystémique sous-tend l’intégration dans l’enseignement à la fois du droit national et du droit étranger. Cette dernière orientation, retenue par les universités de McGill, du Luxembourg ou de Maastricht, consiste à étudier dans un même cours, les réponses apportées par différents systèmes juridiques à une même question. Cependant, pour que de telles orientations pédagogiques innovantes soient adoptées, le Professeur Ponthoreau a souligné l’importance d’un contexte national déjà ouvert, généralement marqué par la coexistence de différents systèmes ou une influence extérieure notamment due au multilinguisme. A contrario, des Etats, comme la France et l’Allemagne, sont marqués par une culture juridique rigide, peu favorable aux innovations pédagogiques.

C’est justement par une étude des rigidités de ces deux systèmes que s’est ouverte la première partie de ce colloque consacrée aux obstacles aux changements pédagogiques. La deuxième partie du colloque s’est par la suite centrée sur les facteurs d’évolution et de changement de l’enseignement juridique. Cette réflexion a été nourrie en abordant la question de la langue, notamment anglaise, comme obstacle mais aussi et surtout comme vecteur d’internationalisation de l’enseignement, à travers l’exemple canadien. La question de l’exportation des modèles juridiques au travers de la présentation de la politique d’internationalisation de l’université londonienne, la Middlesex University, a également été abordée. La dernière partie de ce colloque a enfin été consacrée à un retour sur l’expérience du parcours international Droit & Langues de l’Université de Bordeaux, rassemblant trois intervenants de cette formation originale. Fondée en 2011 par le Professeur Ponthoreau autour d’un parcours en langue anglaise et d’un parcours en langue espagnole, celle-ci a pour objectif de préparer ses étudiants à la différence culturelle dès la première année. Elle s’est enrichie en 2013 d’un troisième parcours en allemand.

Cette journée s‘est conclue par la constatation des nombreux défis encore opposés à l’enseignement juridique face à la globalisation en ce début de XXIe siècle, tels que la concurrence entre universités face au rankings, où se trouve intégrée l’évaluation de l’internationalisation ou encore la recherche de financement. Le monde académique a été invité à se saisir de la problématique de la dénationalisation dont la réponse aux enjeux, dépend essentiellement des universitaires.

Pour en savoir plus et retrouver le compte-rendu du colloque : https://mrdj.hypotheses.org/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.