Actualités de la Recherche – Logiques et processus de radicalisation violente

A noter : recherche spontanée financée par le GIP

Logiques et processus de radicalisation violente

Xavier Crettiez

Trois questions à :

Xavier Crettiez, Professeur agrégé de science politique, Directeur adjoint de Sciences Po Saint Germain en Laye, chercheur au cesdip et membre de l’observatoire des radicalités

LLH : Pouvez-vous nous présenter brièvement ce sur quoi vous allez travailler ?

Xavier Crettiez : Notre équipe se compose de quatre chercheurs, sociologues et politistes. Nous cherchons à saisir sur la base d’entretiens biographiques approfondis les logiques et processus de radicalisation violente. Notre étude porte sur trois principaux types d’acteurs militants : les islamistes, les militants basques abertzale et les nationalistes corses. Elle se fonde sur des entretiens avec des acteurs incarcérés pour infraction « terroriste » dans les différentes maisons d’arrêt de France. L’enquête vise à saisir les phases séquentielles de la radicalisation et les éléments communs qui conduisent un acteur vers l’adoption de répertoires d’action violents. Une grille d’entretiens de plusieurs dizaines de questions portant sur les représentations du monde des acteurs, leur socialisation, leur entourage, leur scolarité, leur socialisation secondaire, leurs pratiques militantes, leurs possibles itinéraires déviants, leurs références internationales ou enfin leur rapport aux institutions, devrait permettre d’approcher au mieux le parcours radical de ces individus.

LLH : Quels sont les principaux enjeux de votre recherche ?

Xavier Crettiez : L’idée force de ce travail serait de proposer une analyse essentiellement qualitative – à l’exact opposé des travaux très « quanti » d’une partie de la recherche anglo-saxonne – reposant sur ces entretiens approfondis. L’ambition théorique serait de constater l’existence – ou pas – d’un modèle type de processus de radicalisation qui reposerait sur certaines variables présentes lors des différents parcours de vie. Nous aimerions ainsi pouvoir valider certaines hypothèses de recherche comme par exemple : la force déterminante de la socialisation secondaire et la dimension « escapiste » ou simplement ludique présente dans le processus de radicalisation qui est à notre avis une hypothèse forte concernant certains engagements. Il sera également possible, si les personnes interviewées donnent leur accord, de procéder à des enquêtes de complément sur les lieux de socialisation domestique des acteurs. Interroger les amis, les proches, la famille, se rendre dans les quartiers ou les villages des acteurs violents pour mesurer leur environnement à la fois cognitif, émotionnel et pratique, pourrait densifier la recherche. Nous chercherons particulièrement à comprendre certaines « causes » de la radicalisation.

Parmi celles-ci et sous forme d’hypothèses : le lien entre ancrage de vie (lieu de vie, fréquentation, misère sociale, marginalisation économique…) et radicalisation ; celui entre délinquance, pratiques déviantes et radicalisation comme celui entre sentiment d’humiliation et radicalisation. Nous nous pencherons aussi sur l’hypothèse d’un lien entre « flottement » social (une forme de désaffiliation sociale prononcée) et radicalisation ; celle d’un lien entre quête d’individuation et radicalisation : il s’agit ici de comprendre la radicalisation comme une forme de sortie d’un déterminisme étouffant (celui du quartier, de la famille, de l’impossible vie bonne, d’une réussite sociale inatteignable). Finalement nous poserons l’hypothèse selon laquelle la dérive radicale apparait comme un refus de la fatalité imposée par une vie sans perspective. Nous étudierons aussi le lien entre les événements internationaux au cœur du Moyen-Orient et la radicalisation.

LLH : Comment envisagez-vous de mener votre recherche ?

Xavier Crettiez : Notre recherche se fera sur la base d’entretiens très approfondis avec des acteurs militants issus de différents parcours insérés dans des cadres de socialisation différents (nationalistes, extrémistes de droite et de gauche, islamistes). Sur la base d’une grille d’entretien, l’enjeu sera de faire parler les acteurs et de reconstituer les parcours biographiques dans toute leur complexité. On cherchera à repérer les cadres de socialisation les plus pertinents, les influences cognitives, l’effet des cadres d’injustice ressentis par les acteurs militants, la force d’encadrement des organisations, les ruptures biographiques (décès, divorces…) productrices de remise en question… Mais aussi la présence – ou pas – de personnes ressources à l’origine de la radicalisation, le rapport intime de chacun à la violence, l’acculturation à la violence via des pratiques sportives ou ludiques particulières etc… Nous avons obtenu, en lien avec la DAP, la liste des personnes incarcérées et avons écrit aux différents directeurs de maisons d’arrêt pour obtenir des rendez-vous avec les personnes mises en cause. Nous chercherons à les rencontrer pendant un laps de temps de deux heures qui permettra de réaliser ces entretiens.

L’équipe est composée de : Xavier Crettiez, Professeur agrégé de science politique ; Romain Séze, sociologue INHESJ ; Thomas Lindemann, professeur agrégé de science politique, et Billel Ainine, doctorant en science politique.

Propos recueillis par Laetitia Louis-Hommani, ingénieure d’études au CNRS, chargée de communication du GIP Mission de recherche Droit & Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.