Le point de vue d’Isabelle Lanfranchi, éducatrice du secteur associatif habilité, service d’action éducative en milieu ouvert « La sauvegarde de l’enfance de la Drôme »

Ce rapport très riche dit beaucoup de choses du travail éducatif tel qu’on le pratique aujourd’hui et ce, au-delà même de la prise en charge des mineurs les plus difficiles, en hébergement. Aussi efficacement que le film La tête haute d’Emmanuelle Bercot, il entre vraiment en résonnance avec notre quotidien professionnel et avec la réalité des publics qui sont les nôtres. Si les constats ne sont pas nouveaux, la recherche a le mérite de les articuler, d’en proposer une lecture fluide, en mettant les mots justes sur l’expérience vécue, et de proposer des explications originales, séduisantes, voire motivantes. Le rapport de recherche de Mme Lenzi et de M. Pény donne en effet à réfléchir, notamment sur l’absence de savoirs théoriques chez les éducateurs et les « bricolages inventifs » dont ils font preuve. Il donne vraiment envie de dépasser les cadres préétablis pour réinventer collectivement les pratiques !

Ce travail, il me semble que nous l’avons commencé dans le secteur associatif habilité, et notamment au sein des équipes de la Sauvegarde de l’enfance qui utilisent pleinement les temps d’analyse de la pratique et connaissent les interactions entre les plans professionnel et personnel, notamment les émotions. Comme pour les mineurs, notre activité est en en effet rythmée par des temps particuliers. Aussi le rapport pourrait-il être enrichi en se penchant sur le temps dans la prise en charge, surtout pour des mineurs au parcours long et complexe : temps judiciaire, temps éducatif, temps de vie, tous partagés avec les éducateurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.