Actualités de la recherche – Le point de vue du Pôle recherche de la direction de la protection judiciaire de la jeunesse

Le point de vue du Pôle recherche de la direction de la protection judiciaire de la jeunesse

Par Luc-Henry Choquet

Au regard de la note d’orientation de la DPJJ de 2014 qui met en exergue la notion de parcours du mineur, la question posée est évidemment pertinente. Les principales préoccupations, le cadre de référence (les sources de référence sont nombreuses) et les concepts à la base de cette recherche sont clairement présentés. La problématique est bien décrite et en lien avec l’état actuel des connaissances. Le processus de recueil des informations a été adéquat à l’exception du peu de recueil d’informations auprès des juges des enfants et de l’absence de données tangibles au-delà des discours pour étayer le leitmotiv de « l’hyper-rigidité et de la protocolarisation des pratiques fortement décriées ». En fin de compte, une bonne partie des résultats de cette recherche est susceptible de nourrir les orientations de la DPJJ, notamment le contenu du chapitre portant sur « Les paradoxes du travail émotionnel dans l’accompagnement des mineurs difficiles » qui rejoint fortement les résultats issus du séminaire de recommandation de 2014 de la DPJJ consacré aux questions pédopsychiatriques.

Le rapport s’ouvre sur des récits marqués par des contextes et des situations qui présentent des dangers, des risques, des divergences entre les professionnels, les institutions, des parcours erratiques, des voies sans issue et a contrario des moments de félicité, de continuité qui permettent que le biographique et l’institutionnel convergent, que les parties prenantes s’accordent. Il développe ensuite des points de vue critiques précieux : l’absence de données, la mise de côté des « données personnelles » ou encore la perte d’informations biographiques dans les dossiers éducatifs ne permettant pas de suivre après coup l’itinéraire du mineur ; le peu d’affinité avec des savoirs théoriques ignorés, le savoir des professionnels portant moins sur le mineur ou sur son contexte de vie et son environnement institutionnel, que sur eux-mêmes, sur l’action en train de se faire.

En parallèle, apparaissent de façon circonstanciée les incertitudes et les limites de l’action éducative dans un contexte d’intervention et des logiques organisationnelles qui réduisent les possibles, de façon parfois préjudiciable à la construction d’une pédagogie éducative personnalisée et à la cohérence de l’accompagnement du mineur dans sa continuité : les « placements par défaut » , les placements-déplacements, le manque de souplesse et l’hyper-standardisation des pratiques apparaissent comme une entrave importante à la réflexivité et à l’autonomie des professionnels. Malgré tout, ceux-ci parviennent à recomposer et réinventer leurs pratiques en permanence, y compris en mobilisant les émotions. L’examen des émotions au travail et du travail des émotions a en effet permis aux chercheurs d’être attentifs à l’écart entre le « travail prescrit », où les émotions sont normées, et le « travail réel ». Les acteurs s’appuient sur cet écart pour construire leur professionnalité et leurs marges de manœuvre. On relève cependant que cet écart se creuse aussi vis-à-vis du mandat judiciaire et de la prise en considération des infractions à l’origine du placement

Cette approche de l’accompagnement des mineurs difficiles sous l’angle de la « professionnalité prudentielle » et, dirons-nous, émotionnelle, conduit également à se pencher sur les collectifs de travail dans la façon dont ils consolident ces ressorts d’action et, par la même, les identités et autonomies professionnelles, en reconnaissant les marges de manœuvre des praticiens. La recherche fait ainsi apparaître une recomposition entre « solidarités clandestines » et « systèmes d’accord implicites » de l’ordre éducatif : c’est l’ultime thèse du rapport, qui ne va pas sans observations critiques comme celle selon laquelle les « lieux dédiés au travail de la pensée » (réunions de synthèse, séances d’analyse de la pratique, etc.), sont envahis par une gestion et une régulation de l’urgence, limitant de fait les séquences réflexives et délibératives sur les « cas ». Toutefois, là encore, selon les chercheurs, ces schémas organisationnels, bien qu’étant le résultat de procédures prescrites et de protocoles d’action formels, sont aussi et surtout, composés et recomposés de l’intérieur par les acteurs à travers des jeux d’alliances, de luttes, et de négociations incessants, des « systèmes d’accords implicites ».

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.