Actualités de la recherche – L’ordre éducatif recomposé. De l’art de la prudence dans l’accompagnement des mineurs sous main de justice

A noter : recherche spontanée financée par le GIP (achevée)

L’ordre éducatif recomposé. De l’art de la prudence dans l’accompagnement des mineurs sous main de justice

Catherine Lenzi et Bernard Pény, co-auteurs de la recherche

Cette recherche a été menée sur deux ans par une équipe de recherche pluridisciplinaire du laboratoire ESPASS de l’IREIS, en partenariat avec l’ERP (Espace de recherche et de prospective en protection de l’enfance et justice des mineurs). Elle répond à un appel à projet lancé par le GIP à la demande de la DPJJ, sur les « échecs continus » de prise en charge des mineurs difficiles et les « stratégies institutionnelles » déployées pour y faire face. L’équipe de recherche s’est appuyée sur une méthode de recherche et d’intervention en sciences sociales, la méthode d’analyse en groupe (MAG) qui présente la particularité d’impliquer les acteurs de terrain concernés dans la production de l’analyse et de permettre la continuité entre savoirs profanes et savoirs experts en mobilisant les capacités réflexives des acteurs. L’enquête empirique a porté sur l’étude de 21 cas d’accompagnement, dans des établissements de la protection judiciaire de la jeunesse ou du secteur associatif habilité, de mineurs considérés comme « difficiles ». Au total, ce sont 31 groupes d’analyse qui ont été menés par l’équipe de recherche en mobilisant plus d’une centaine de professionnels.

L’entrée par les destinées sociales et institutionnelles des mineurs, dans la première partie du rapport, a permis l’exploration de vingt-et-une histoires de vie à travers le regard que portent l’institution et les intervenants sur ces mineurs. C’est à partir de ces 21 « cas » complexes, souvent saisissants, ainsi que du vécu singulier des éducateurs, qu’il a été possible, dans une seconde partie, d’éclairer leurs incertitudes et leur sentiment de discrédit, d’impuissance, d’échec ou encore d’incompétence ). Mais également de montrer que ces situations d’accompagnement extrêmes et éprouvantes constituent des occasions qui les amènent à réinventer les pratiques au quotidien et à activer des ressorts d’action spécifiques et expérientiels, au sens des travaux de Florent Champy sur les professions à pratiques prudentielles. Parmi ces ressorts de l’action, le rapport met en exergue la dimension émotionnelle du travail des intervenants, qui occupe une place centrale et particulière.

Le rapport révèle que les émotions, leurs usages et leur maîtrise dans l’intervention auprès des mineurs participent d’un « travail émotionnel » et constituent un ressort d’engagement puissant dans l’établissement du lien avec les mineurs et la gestion des situations difficiles. Pour autant, il ne suffit pas de révéler des ressorts d’action expérientiels, a fortiori émotionnels, pour que des compétences ou un métier existent, encore moins une profession. A quels moments ces ressorts individuels de l’expérience émotionnelle deviennent-ils des ressources transversales, reconnues et partagées par tous ? C’est essentiellement à l’exploration de cette dimension qu’a pu se consacrer la dernière partie du rapport, en portant la focale sur la part jouée par les collectifs de travail et les régulations collectives dans la reconnaissance et la consolidation des compétences et identités professionnelles. On a ainsi pu observer les recompositions de l’ordre éducatif et, à travers elles, la construction d’une « professionnalité prudentielle ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.