Retour sur – Quand la radicalisation résiste aux variables sociologiques

Quand la radicalisation résiste aux variables sociologiques

Par Jeanne Chabbal, responsable du suivi scientifique à la Mission de recherche Droit et Justice.

La recherche « Saisir les mécanismes de la radicalisation violente : pour une analyse processuelle et biographique des engagements violents », coordonnée par Romain Sèze (INHESJ) et Xavier Crettiez (Université Versailles St Quentin (CESDIP)), financée par la Mission de recherche Droit et Justice et soutenue par la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP) ainsi que par la Direction des affaires criminelles et des grâces (DACG), a été présentée le 4 octobre dernier dans le cadre des Rendez-vous de la recherche de l’INHESJ, à l’École militaire (Paris), devant un parterre d’acteurs opérationnels de la lutte contre la radicalisation et de chercheurs concernés par ces sujets.

Lors de ce séminaire de restitution, animé par Nacer Lalam (INHESJ), Romain Sèze (INHESJ), Xavier Crettiez (CESDIP) et Bilel Ainine (MIVILUDES-CESDIP) ont restitué les principaux résultats de leurs travaux, conduits pendant près d’un an et demi auprès de personnes condamnées pour faits de terrorisme, encore détenues en établissements pénitentiaires ou libérées. En introduction, Hélène Cazaux-Charles, Directrice de l’INHESJ a souligné l’importance de la liberté de constat des chercheurs sur des sujets sensibles tels que le terrorisme, la délinquance et la radicalisation : « Les institutions régaliennes font confiance à la recherche en sciences humaines et sociales (SHS) pour bâtir des politiques publiques » a-t-elle affirmé.

Paroles de djihadistes : des matériaux inédits

L’équipe de recherche s’est lancé un défi : accéder à la parole des terroristes, inaudibles et invisibles dans l’espace public. Pour ce faire, ses membres ont réalisé une vingtaine d’entretiens biographiques semi-directifs, dont 13 avec des détenus djihadistes. Cet échantillon réduit s’explique par l’étroitesse de la population-cible (personnes définitivement condamnées), par des refus de répondre de la part des détenus sollicités, ainsi que par des difficultés d’accès aux terrains pénitentiaires. Malgré les biais qu’elle a soulignés (représentativité limitée de l’échantillon, etc.), l’équipe qui a souhaité être totalement transparente sur sa démarche, tire un excellent parti des données ainsi obtenues. Le rapport issu de la recherche fait la part belle aux verbatim, extraits des entretiens conduits, dévoilant des grammaires idéologiques spécifiques.

Pour une approche transversale de la radicalisation

L’un des intérêts de cette recherche est d’appréhender les processus de radicalisation en ne se concentrant pas seulement sur le terrorisme de type djihadiste mais en incluant aussi les condamnés « régionalistes », basques et corses. L’objectif est d’adopter une approche transversale, sachant que des points communs peuvent se retrouver dans les parcours de personnes radicalisées, indépendamment de la cause qu’ils ont choisi d’embrasser (invocation d’un référentiel politique). Les deux types de groupes radicalisés présentent toutefois de fortes spécificités. Le poids de l’organisation est, par exemple, plus prégnant chez les régionalistes tandis que le recours aux nouvelles technologies de l’information est plus marqué chez les djihadistes, qui commencent souvent leur apprentissage de la religion en solitaire, avant les voyages à l’étranger qui les socialisent avec d’autres militants. Désaffiliation scolaire et fragilité familiale concernent essentiellement ces derniers.

Les terroristes ne sont pas fous

« Considérer les terroristes comme fous dépolitise leur combat », souligne Xavier Crettiez. C’est pourquoi les chercheurs ont choisi de « prendre leur parole au sérieux » afin de saisir les moteurs de leur radicalisation cognitive et comportementale. Le rapport final restitue ainsi les trajectoires individuelles des personnes interrogées et mobilise de nombreux facteurs explicatifs : sociaux, cognitifs, psychologiques et processuels, afin de comprendre (sans justifier) ce qui les a conduit à commettre des actes violents.

Quels sont ces facteurs ? La disponibilité biographique joue d’abord un rôle important. Les candidats au djihad se trouvent souvent dans une situation de détachement familial (parents absents ou abusifs, faible engagement de famille) et professionnel (emploi précaire). A contrario la socialisation amicale des militants radicalisés est forte. Fratries et camaraderies sont déterminants chez les militants basques et corses. Les terroristes interrogés n’ont pas forcément eu de passé délinquant ou ont commis des actes considérés comme « légers » au regard de leurs milieux géographiques d’origine. Parmi les facteurs processuels, les voyages à l’étranger, notamment sur les terrains de conflits, ont marqué les parcours des terroristes djihadistes. C’est lors de ces derniers qu’ils ont fait l’apprentissage de la lutte mais aussi de la socialisation avec d’autres militants et d’une communauté musulmane perçue comme accueillante, qu’ils opposent à la société occidentale jugée excluante. Car pour beaucoup d’entre eux, la pratique religieuse a commencé en solitaire, par la lecture du Coran sur Internet et le visionnage des vidéos de prières sur YouTube. Dix des treize militants djihadistes interrogés pratiquent, par ailleurs, des sports de combat.

La violence comme accélérateur identitaire

Parmi les facteurs psychologiques, les « chocs moraux » négatifs – suscités par les images des terrains de conflit – et positifs d’une communauté musulmane magnifiée, ont pu contribuer à la radicalisation. L’action terroriste, par l’« escapisme » (sortie de soi) qu’elle permet, offre aussi à des personnes socialement peu valorisées l’opportunité de devenir « quelqu’un » , en revêtant l’armure des soldats de Dieu. En cela la violence sert d’accélérateur identitaire. Les militants radicalisés se ressentent comme des « surmusulmans », plus religieux que les autres, soupçonnés de ne pas pratiquer leur foi correctement, et rejettent les instances religieuses traditionnelles.

La religion comme science 

Des facteurs cognitifs, souligne Bilel Amine, peuvent jouer comme des variables centrales ou cumulatives avec d’autres : références à des textes coraniques ou à des paroles du prophète, idéologie salafiste, etc. Les personnes interrogées sont en quête de la religion comme science et vérité. Pour y accéder, ils se sont lancés dans l’apprentissage de la langue arabe dont la difficulté les a souvent conduits à renoncer à l’appréhension totale de la religion. Le lien entre pensée et action tend à être surévalué par les terroristes rencontrés. Il est difficile de déterminer si ces facteurs cognitifs interviennent en amont ou seulement en aval du passage à l’acte, les séjours en détention pouvant être propices aux lectures et à la rationalisation/justification ex post.

L’enseignement à tirer de cette recherche est qu’il n’existe pas de profil-type du militant terroriste radicalisé ni de processus unique de radicalisation. De nombreux facteurs sont à prendre en compte pour expliquer ce qui a conduit une personne à se lancer dans l’action violente au nom d’une cause. Les déterminants sociologiques « lourds » ne sont pas forcément opérationnels pour saisir les parcours individuels des auteurs d’attentats.

En savoir plus : http://www.gip-recherche-justice.fr/wp-content/uploads/2017/08/Rapport-radicalisation_INHESJ_CESDIP_GIP-Justice_2017.pdf

Le 21 novembre dernier, la Direction des affaires criminelles et des grâces, organisait un petit déjeuner autour de Xavier Crettiez (CESDIP), afin de présenter la recherche aux professionnels. Lors de cette réunion, Rémy HEITZ, Directeur de la DACG, a insisté sur la nécessité de diffuser une culture de la recherche au sein du Ministère. La production de connaissances, notamment sur les phénomènes terroristes, permet de comprendre les mécanismes à l’œuvre et d’adapter l’action des professionnels en conséquence dans l’objectif de prévenir les manifestations violentes de la radicalisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.