Rencontre avec – Deux questions à : Benoît Legrand, directeur adjoint du GIP

Interview

Deux questions à : Benoît Legrand, directeur adjoint du GIP

© DR

 Retour sur trois années passées à la Mission

 Propos recueillis par Laetitia Louis-Hommani.

LLH : Vous avez été directeur adjoint du GIP Mission de recherche Droit et Justice, que retenez-vous de ces trois dernières années ?

Benoît Legrand : Unique en son genre dans le paysage administratif français depuis 1994, le GIP a été confronté, ces trois dernières années, à de nombreuses évolutions majeures et en très peu de temps : la transformation des relations financières avec le ministère de la Justice, son principal financeur, le déménagement sur le site du Millénaire 3, le renouvellement de son équipe permanente, ou encore la reconduction de sa convention constitutive. Dans le même temps, il a intensifié sa coopération avec ses membres constituants pour la définition de sa programmation scientifique annuelle, et notamment avec les directions du ministère de la Justice, dont il partage les nouveaux locaux et qui porte, désormais au niveau interministériel, le dossier de son renouvellement. Ainsi, le GIP a su évoluer en développant sa mission d’interface entre le monde de la recherche et celui de la justice.

LLH : Avec le recul, quelle est, aujourd’hui encore, la modernité de la Mission de recherche Droit et Justice ?

Benoît Legrand : À l’époque de sa création, le GIP était avant tout destiné à garantir l’équilibre entre l’indépendance de la recherche et son intérêt pour la conception ou, déjà, l’évaluation des politiques publiques. Il offre aujourd’hui un modèle de coopération entre chercheurs, praticiens et décideurs, pour les pouvoirs publics qui non seulement, dans un contexte de défiance sociale, aspirent à gouverner « en connaissance de cause », selon les termes d’un colloque organisé par l’Ena, mais encore à comprendre les révolutions d’un monde en devenir jusque dans ses fondements-mêmes : qu’il s’agisse de la généralisation des technologies numériques dont les Legaltech posent des questions existentielles à la justice ; ou qu’il s’agisse, plus tragiquement, des processus de radicalisation violente – deux phénomènes sur lesquels les chercheurs, avec le soutien du GIP, apportent des clés de compréhension. Aide à la conception et à l’évaluation des politiques publiques, mais aussi à la compréhension des enjeux du monde contemporain pour le droit et la justice, le GIP s’avère un outil particulièrement pertinent aujourd’hui pour la connaissance, la réflexion et l’action.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.