Rencontre avec – Trois questions à : Florence Renucci, directrice adjointe scientifique du GIP

Interview

© DR

Trois questions à : Florence Renucci, directrice adjointe scientifique du GIP

Retour sur trois années passées à la Mission            

Propos recueillis par Laetitia Louis-Hommani.

LLH : Vous avez été directrice adjointe du GIP pendant trois ans, quel regard portez-vous sur ces années ?

Florence Renucci : Ces trois années ont été particulièrement enrichissantes dans ma carrière. Passer de l’autre côté du miroir en faisant de l’administration de la recherche ouvre une autre compréhension du métier de chercheur. Cette expérience permet de prendre conscience de l’intérêt de mener des politiques incitatives sur plusieurs années dans des domaines précis et novateurs, sans sacrifier évidemment les thèmes de recherche « spontanés » et la liberté des chercheurs. Les relations étroites du GIP MRDJ avec l’administration judiciaire, les représentants des avocats et du notariat, m’ont démontré l’absolue nécessité de faire travailler ensemble les praticiens et les chercheurs, de les informer mutuellement sur leurs potentialités et leurs besoins, grâce à des outils simples mais qu’il fallait mettre en place et dont certains restent à inventer. De ce point de vue le rôle du GIP a toujours été de faire ce lien, mais la volonté de la direction était d’élargir et de consolider les passerelles, ainsi que de valoriser davantage les travaux. Les « outils » que nous avons mis en place grâce au travail de toute l’équipe sont multiples… je ne citerai que quelques exemples concrets : petits déjeuners entre chercheurs et membres des directions autour de la présentation de rapports récents ; envoi de la Lettre de la Mission à l’ensemble des magistrats de l’ordre judiciaire en sus du monde universitaire et de la recherche ; création d’une collection des rapports de recherche sur la Hal-SHS pour améliorer leur visibilité au niveau national et international ; travail commun avec les représentants des praticiens, le CNRS et le Conseil scientifique sur la programmation ; programmation pluriannuelle sur des thèmes particulièrement porteurs ; rapprochement avec l’ANR ; création de « recherches-actions » ne sacrifiant rien aux garanties d’indépendance des chercheurs ; ouverture systématique à l’international dans les appels, etc. Renforcer ce rôle « d’incubateur » qu’a toujours été le GIP relevait d’une volonté très forte de sa direction. Bien sûr cette expérience a constitué aussi un enrichissement personnel, comme tout travail d’équipe, d’autant plus intéressant que nous venons de formations et d’horizons différents.

LLH : Quels changements avez-vous vécu au sein du GIP pendant cette période ?

Florence Renucci : Outre les transformations que j’évoquais à l’instant, le GIP a dû « accompagner les changements » pour s’adapter à des évolutions administratives internes et externes comme la nouvelle gestion budgétaire et comptable, un déménagement ou encore le renouvellement du GIP qui intervient tous les six ans. Le « pôle scientifique » s’est renforcé avec le recrutement, grâce au ministère de la Justice, d’une nouvelle responsable du suivi scientifique. Le soutien du CNRS a permis de pérenniser le second poste de responsable scientifique et d’accueillir une responsable de la communication. En d’autres termes, la transformation de la gestion administrative a été une réussite et concomitamment l’équipe s’est élargie et s’est consolidée.

LLH : Quels ont été les moments qui vous ont le plus marqué ? 

Florence Renucci : Sans conteste, le moment qui m’a le plus marqué est les États généraux de la recherche sur le Droit et la Justice. Cet événement a finalement été réalisé en partenariat avec l’ancien Secrétariat d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, ainsi qu’avec le soutien constant du précédent directeur adjoint scientifique de la section 36 du CNRS. Ce projet a demandé durant des mois un fort investissement. Il s’est concrétisé par une manifestation de quatre jours comprenant 150 intervenants et plus de 750 participants qui ont ouvert de très nombreuses pistes et propositions sur des sujets qui allaient de l’avenir de la recherche et de l’enseignement aux lanceurs d’alerte, de la radicalisation aux neurosciences dans les prétoires. Les actes de ces États généraux sortiront en mars 2018 chez LexisNexis.

Ces transformations vont se poursuivre et surtout, avec l’arrivée d’une nouvelle directrice adjointe, de nouvelles dynamiques vont se mettre en place en rapport avec ses compétences, ses centres d’intérêt et ses réseaux. C’est une excellente opportunité pour le GIP MRDJ !

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.