Rencontre avec – Trois questions à : Kathia Martin-Chenut, nouvelle directrice adjointe scientifique du GIP (à compter du 2 janvier 2018)

Interview

Trois questions à : Kathia Martin-Chenut, nouvelle directrice adjointe scientifique du GIP (à compter du 2 janvier 2018)

© DR

Propos recueillis par Laetitia Louis-Hommani.

LLH : Début janvier 2018, vous allez succéder au poste de directrice adjointe du GIP, à Florence Renucci, appelée à d’autres fonctions : quels sont les projets que vous souhaiteriez développer pour la Mission de recherche Droit et Justice ?

Kathia Martin-Chenut : Je suis très honorée d’avoir été choisie pour poursuivre le travail initié et développé par Georges Garioud, qui a bâti la Mission de recherche Droit et Justice ainsi que sa réputation. Je souhaiterais, à l’instar de l’action menée par Florence Renucci durant l’exercice de son mandat, qui a contribué au renforcement de la dimension historique des recherches soutenues par la Mission, participer à la diversification des thématiques de recherche du GIP.

J’aimerais également renforcer davantage le processus de valorisation des résultats de la recherche scientifique déjà mis en place par le GIP Mission de recherche Droit et Justice. D’une part auprès d’un public averti et spécialisé, notamment par une large diffusion des publications issues des projets de recherche et par une participation accrue à l’organisation de colloques de restitution, et d’autre part, auprès des praticiens, voire du grand public. Toujours dans une démarche de valorisation de la recherche, j’aimerais soutenir les liens entre la recherche et l’environnement politique, économique et social, afin de favoriser une application concrète de certaines propositions énoncées par les chercheurs dont les travaux sont financés par la Mission.

Enfin, j’espère pouvoir contribuer à l’internationalisation de la Mission de recherche Droit et Justice. En plus de l’ouverture à l’international déjà mise en place dans le cadre des appels à projets lancés par la Mission, la traduction de résumés des résultats des recherches soutenues par la Mission pourrait favoriser leur valorisation à l’international. Il en est de même pour le soutien de travaux et d’événements binationaux en s’appuyant sur les bureaux du CNRS à l’étranger et sur l’action des magistrats de liaison français.

LLH : Que représente le GIP pour vous, en tant que chercheur ?

Kathia Martin-Chenut : Le GIP Mission de recherche Droit et Justice a joué un rôle important dans l’évolution de mon propre parcours personnel de chercheure. Il m’a permis, par exemple, de rompre l’isolement du travail de recherche doctorale alors que j’étais doctorante, grâce au soutien de recherches collectives qui rassemblent des chercheurs confirmés et des jeunes chercheurs. Une telle association contribue à la fois à la formation de ces derniers et à la composition de leurs premiers réseaux.

Le soutien de la Mission permet également à de nouvelles équipes de recherche de se lancer. C’est souvent un premier pas avant le montage de projets de plus grande envergure qui demandent un financement plus conséquent, à l’instar de ceux octroyés par l’ANR au niveau national, ou les institutions européennes au niveau international. Une fois les équipes de recherche lancées et bien identifiées, la Mission favorise des interactions entre groupes de recherche. D’ailleurs, la démarche d’appel à projets et le financement simultané de différentes équipes travaillant autour d’une thématique commune favorisent un croisement de regards très enrichissant. A côté de ces initiatives, la Mission contribue à la création et à la consolidation de réseaux interdisciplinaires de chercheurs. Ses actions d’appui et de soutien à la recherche offrent un cadre résolument propice au développement du travail de recherche.

LLH : Plus généralement, que pensez vous que le GIP apporte à la recherche en droit, notamment sur les défis sociétaux de demain…?

Kathia Martin-Chenut : Le GIP peut contribuer au développement de projets de recherche innovants en droit, impliquant des prises de risques par les chercheurs et la mise en place de nouvelles méthodologies. Il a déjà fait preuve d’ouverture lorsqu’il a élargi ses thématiques au-delà des champs de recherche qui ont assuré sa réputation à d’autres champs, comme par exemple, l’environnement, le numérique, ou à d’autres formes de normativité, à l’instar de l’appel à projets sur les codes de gouvernance.

Tout en approfondissant ses champs traditionnels de recherche et en les renouvelant face aux évolutions de la société et de la normativité, l’identification de nouvelles thématiques de recherche me semble fondamentale pour que le GIP continue de jouer un rôle important dans l’évolution de la recherche en droit. Le droit peut en effet être une réponse à certains défis sociétaux, mais ceux-ci, à leur tour, peuvent favoriser des mutations du droit qui doivent être analysées par des chercheurs. L’organisation d’États généraux de la recherche ou la possibilité de soumission spontanée de projets deux fois par an, en parallèle aux appels à projets lancés par le GIP, permet l’émergence de nouvelles thématiques ou des méthodologies novatrices qui placent le droit au centre des enjeux sociétaux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.