Actualités de la recherche – La construction de la motivation des décisions criminelles à l’audience : France, Belgique, Suisse

A noter : recherche spontanée financée par le GIP.

La construction de la motivation des décisions criminelles à l’audience : France, Belgique, Suisse

Vers autre justice criminelle en Europe ?

Cette recherche menée sous l’angle de l’ethnologie et de la sociologie pénètre dans les cours criminelles pour analyser la production des jugements en lien avec l’oralité des débats. Que nous enseigne cette immersion dans les juridictions ? Les motivations recueillies en France, en Belgique et en Suisse assurent la transparence de la décision par la formulation de motifs intelligibles qui font référence à l’instruction écrite (le dossier) et à l’instruction orale (l’audience). Si les motivations garantissent le respect du droit du condamné à comprendre sa condamnation en expliquant les raisons pour lesquelles il a été déclaré coupable, leur contenu est peu ou pas consulté. Cette recherche démontre que pour les parties liées au procès -, l’accusé ; les plaignants -, et pour le public présent dans la salle, la compréhension du jugement passe davantage par la spontanéité des échanges que par la motivation difficilement accessible. Parallèlement, l’observation des audiences met en valeur l’impact de la rationalisation des débats inscrite dans une logique managériale. Le dossier se substitue de plus en plus à l’oralité des débats. Le temps consacré à l’audience s’est considérablement réduit en Belgique et en Suisse et semble être menacé en France.

Une justice managériale

L’accélération du temps judiciaire gagne tout autant la Suisse, la Belgique que la France dans un souci de gestion managériale. Les juridictions observées s’inscrivent dans le mouvement d’une justice qui cherche à réduire ses coûts. Tous les pays partagent une problématique commune : rechercher une efficience dans l’acte de juger, rationaliser les débats pour juger plus vite. Les trois pays étudiés illustrent une tendance forte vers une gestion plus technique de la justice criminelle. La question des « moyens » est récurrente dans le discours des acteurs professionnels, qu’ils soient sur le terrain ou en amont : il s’agit de changer le modèle de justice pour le rendre toujours plus efficace, moins coûteux et plus rentable. Le nouveau Code de procédure pénale unifié suisse entré en vigueur en 2011 s’inscrit dans cette mouvance. Le principe de l’« oralité limitée » considère comme acquises les preuves validées au cours de l’enquête. L’application de ce principe réduit considérablement la durée de l’audience par la suppression des témoins appelés à la barre. La connaissance du dossier suffit à forger la conviction des juges devenus tous « professionnalisés ».

Cette rationalisation du temps judiciaire se retrouve en Belgique depuis la réforme du 19 février 2016. Désormais, les affaires criminelles sont jugées par les tribunaux correctionnels et non plus par les cours d’assises (sauf rares exceptions). La correctionnalisation des affaires criminelles a été la solution retenue par le ministre de la justice Koen Geens (loi « Pot-pourri II ») pour réduire de manière drastique le temps d’audience de dix jours en moyenne devant une cour d’assises à une journée devant le tribunal correctionnel. Cette justice composée de trois magistrats professionnels, juge les affaires criminelles en l’absence d’enquêteurs, de témoins et d’experts. La partie civile présente dans la salle, sans être exclue, n’a plus sa place pour témoigner dans un débat qui rend la relation président/accusé exclusive. 

Une réforme de la cour d’assises en France ?

L’économie du procès pénal est présente aussi en France depuis le « rapport Léger » en 2009 qui envisageait d’introduire une procédure allégée devant la cour d’assises. Mais, peut-on penser la rationalisation de la justice seulement sous l’angle de la donnée temps/argent en réduisant la durée de l’audience ? Le débat de la cour d’assises contribue à satisfaire un besoin de compréhension autant pour l’accusé que pour les plaignants et le public. Le débat humanise le criminel et répond à la souffrance des familles. Or, les procédures brèves éludent la compréhension de l’acte, elles tournent le dos à une justice « restaurative ». Il s’agit alors de s’interroger sur le sens de l’audience, sur la justice que nous souhaitons rendre. Veut-on une justice à moindre coût, qui ne prenne pas le temps d’entendre les parties ? Ou tenons-nous à une justice qui envisage une juste peine dans une perspective de réinsertion pour l’accusé et pour la partie civile un travail de reconstruction ? Selon ce choix la motivation en lien avec l’audience prend tout son sens. Le travail du juge n’est jamais vain car le souci de mettre tout en œuvre pour produire une vérité contribue à la restauration du lien social.

-> Francis Affergan, Christiane Besnier et Anne Jolivet.

Voir : http://www.gip-recherche-justice.fr/publication/la-construction-de-la-motivation-des-decisions-criminelles-a-laudience-france-belgique-suisse/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.