A la Une – Des changements à venir au sein de la direction du GIP Une nouvelle directrice adjointe scientifique pour la Mission

Des changements à venir au sein de la direction du GIP 

La fin de l’année 2017 voit le départ de deux directeurs adjoints du GIP : celui de Florence Renucci et celui de Benoît Legrand. Et début 2018 verra l’arrivée de Kathia Martin-Chenut, en remplacement de Florence Renucci.

Une nouvelle directrice adjointe scientifique pour la Mission

© DR

Docteur en droit et HDR de l’Université Paris 1 (Panthéon-Sorbonne), Kathia Martin-Chenut est chargée de Recherche au CNRS, à l’Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR ISJPS CNRS/Université Paris 1) où elle assure la coresponsabilité de l’équipe de droit comparé et internationalisation du droit. Elle est membre de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) en tant que personnalité qualifiée et de la Plateforme nationale d’actions globales pour la RSE (France Stratégie), où elle représente l’UMR ISJPS.

Elle a dirigé et participé à divers programmes de recherche collective, dont certains ont été soutenus par la Mission de recherche Droit et Justice.

Ses travaux portant sur l’internationalisation des droits de l’enfant, la politique criminelle et le droit pénal comparé, sur la justice transitionnelle en Amérique latine, ou sur la lutte contre l’impunité et les réparations des graves violations des droits de l’homme, l’ont conduite à s’intéresser aux internormativités et aux mutations du droit.

En effet, les catégories juridiques traditionnelles, et notamment la responsabilité, sont mises à l’épreuve. En témoignent l’émergence et l’affirmation de notions comme celles de développement durable et de responsabilité sociétale des entreprises (RSE) qui sont venues intégrer ses thématiques de recherche ces dernières années.

En 2015, elle a bénéficié d’une Chaire franco-brésilienne à l’Université de Sao Paulo (Institut de relations internationales) portant sur « Internationalisation du droit et relations internationales : interactions et métamorphoses ».

Actuellement, ses travaux de recherche s’articulent autour de deux axes principaux qui interagissent : l’un tenant au partage de responsabilités entre les acteurs de la mondialisation (Axe RSE), l’autre à l’esquisse d’un droit commun (Axe Droit commun). Ses travaux sont notamment marqués par leur caractère collectif, interdisciplinaire et comparatif. Son dernier ouvrage réunit d’ailleurs des contributions de juristes, économistes, gestionnaires et sociologues qui se penchent sur les savoirs et les controverses autour de la RSE.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.