Prix Vendôme 2017

Le Prix Vendôme 2017 a été attribué à Iryna Grebenyuk, pour sa thèse « Pour une reconstruction de la justice pénale internationale. Réflexions autour d’une complémentarité élargie », soutenue le 8 décembre 2016 à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Nicolas Picard obtient une mention spéciale pour sa thèse « L’application de la peine de mort en France, 1906-1981 », soutenue le 15 octobre 2016 à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

 

Iryna Grebenyuk, lauréate du Prix Vendôme 2017

© DR

© DR

Son parcours

Née en Ukraine, Iryna Grebenyuk a rejoint la France en 2003. Après une formation juridique initiale à l’Université d’Amiens et à l’Université Paris II, elle a intégré le Master 2 « Droit pénal et Politique criminelle en Europe » (Option Droit comparé) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. La rencontre avec le Professeur Geneviève Giudicelli-Delage, directrice du Master, a été décisive pour Iryna Grebenyuk : elle lui donne le goût de la recherche et lui fait découvrir une passion pour la justice pénale dans toutes ses manifestations. C’est sous sa direction qu’Iryna Grebenyuk entreprend ensuite une thèse de doctorat. Grâce à un contrat doctoral, elle mène une réflexion sur le principe de complémentarité, véritable pierre angulaire de la justice pénale internationale. En parallèle de ses travaux de recherche, elle enseigne en Licence 1, 2, 3 et Master 1 diverses matières relevant des branches pénale, civile et commerciale du droit privé dans plusieurs universités, dont l’Université Paris 1. Qualifiée à la Maîtrise de conférences en droit privé et sciences criminelles en 2016, Iryna Grebenyuk obtient la même année le prix de thèse en Droit privé Robert Dennery de la Chancellerie des universités de Paris et continue à enseigner à l’Université d’Amiens.

Voir le résumé de la thèse d’Iryna Grebenyuk

Nicolas Picard, Mention spéciale du Prix Vendôme 2017

 © DR

© DR

Son parcours

Agrégé d’histoire et ancien étudiant du magistère d’humanités modernes de l’École Normale Supérieure de Cachan et de l’Université de Nanterre, Nicolas Picard a obtenu en octobre 2016 son doctorat en histoire contemporaine à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, sous la direction de M. Dominique Kalifa. Il est qualifié aux fonctions de maître de conférences. Il a dispensé des travaux dirigés sur différents aspects de l’histoire contemporaine à l’université Paris I, ainsi que des travaux dirigés d’histoire du droit et des institutions à la faculté de droit de Nancy. Il enseigne actuellement au lycée Robert Doisneau de Corbeil-Essonnes et à la faculté d’AEI de l’université Paris-Est Créteil. Ses recherches portent sur l’histoire de la justice et du droit dans leur application pratique, sur les émotions punitives et sur les rapports entre les systèmes médiatique, judiciaire et pénitentiaire. Il a notamment publié plusieurs articles sur la célébrité criminelle, sur les empoisonneurs, sur l’écriture journalistique du châtiment ou encore sur l’histoire des corps.

Voir le résumé de la thèse de Nicolas Picard


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.